Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
post
Filtrer par catégorie
À la une
Afrique
Angola
Art & Culture
Brazzaville
Cameroun
Can 2015
Can 2017
Centrafrique
Congo
Économie
Gabon
International
Les régions
Les voisins
Pointe Noire
Politique
RD Congo
Sport

Robert Mugabe annonce le retrait de l’Afrique de la CPI en juin prochain

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

[GARD align=”center”]

Robert Mugabe| Ph Reuters
Robert Mugabe| Ph Reuters

Le président en exercice de l’Union africaine (UA) Robert Mugabe a annoncé le retrait de l’Afrique de la Cour pénale internationale (CPI) au prochain sommet de l’organisation, en juin, en Afrique du Sud.

En remplacement, dans le cadre d’une justice plus large, Robert Mugabe va proposer la création d’une Cour africaine de justice internationale des droits de l’homme. Dans la nouvelle transition de l’Afrique et d’une Cour africaine, avec pour mission de traiter toutes les affaires criminelles de l’Afrique actuellement soumises à la « très raciste Cour internationale de l’Europe occidentale à la CPI de La Haye, aux Pays-Bas, qui méprise le monde africain en général ».

>>> À lire aussi : Robert Mugabe appelle les pays Francophone d’Afrique à arracher leur totale indépendance

En soutien à cette Cour africaine de justice, et selon le « Protocole de Malabo », le Président kenyan, Uhuru Kenyatta, s’est engagé à verser un million de dollars. Les pays africains motivés à la création d’un Tribunal continental souhaitent « créer une Institution qui offre des solutions africaines aux problèmes africains par rapport à la CPI », pour résoudre les problèmes africains mais en utilisant des normes occidentales qui seront également valables lorsqu’il s’agira de résoudre les problèmes européens.

Lors du sommet extraordinaire de l’UA lié à la CPI en octobre 2013 (Addis-Abeba (Ethiopie) la Cour pénale internationale (CPI), les chefs d’État et de gouvernement avaient exigé qu’aucune poursuite ne soit engagée devant un tribunal international contre un chef d’État ou de gouvernement en exercice ou toute autre personne agissant ou habilitée à agir en cette qualité durant son mandat. Une exigence qui n’a pas fait fléchir la CPI.

© Adiac-Congo

Laissez un commentaire