Rentrée scolaire : une reprise timide dans certains établissements de Brazzaville

Rentrée scolaire : une reprise timide dans certains établissements de Brazzaville

Rentrée scolaire 2015-2016 : une reprise timide dans certains établissements de Brazzaville

Rentrée scolaire 2015-2016 : une reprise timide dans certains établissements de Brazzaville

Les élèves et le personnel enseignant ont renoué depuis ce 1er octobre avec le chemin de l’école sur toute l’étendue du territoire national, sauf dans sept nouveaux lycées crées à travers le pays.

Dans la ville capitale, le constat réalisé fait état d’une reprise timide au regard des forces en présence qui varient d’une école à une autre. Dans la partie sud de Brazzaville par exemple, où le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Florent Ntsiba, a supervisé le démarrage des cours, l’on a noté la présence massive des enseignants. Quant aux élèves, le constat dépend d’un établissement à un autre. Le ministre d’Etat et sa suite ont notamment visité le lycée Sébastien de Mafouta, dans le 8e arrondissement, Madibou, l’école primaire Trois Francs à Bacongo, les lycées Pierre Savorgnan et Chaminade où Florent Ntsiba a eu une réunion avec les enseignants.

« On ne pouvait s’attendre aux pleins des classes le premier jour. Cela va monter en puissance, mais ce qui est constant c’est que la rentrée scolaire est effective, elle a vraiment démarré. C’est à notre plus grande satisfaction », s’est réjoui le ministre du Travail.

En effet, partout où il est passé, Florent Ntsiba n’a cessé de rappeler aux enfants l’ensemble des valeurs qu’ils doivent défendre et cultiver en eux. Il pense qu’en chaque Congolais, il y a les germes de patriotisme qu’il faut faire grandir au niveau de la conscience individuelle et collective. « Le patriotisme c’est ce qui va éliminer les antivaleurs. Je crois qu’aujourd’hui, il faut le dire clairement, nous avons à affronter l’incivisme qui est devenu un fléau dans la société. Chacun doit donc jouer sa partition. L’enfant passe le plus gros du temps auprès des parents qui doivent jouer leur rôle. À l’école, ce sont les enseignants et les encadreurs. Il y a aussi la responsabilité du gouvernement. Chacun doit jouer son rôle et de la sorte, nous allons réhabiliter le niveau que nous avons atteint dans ce pays », a-t-il insisté, faisant allusion au taux d’alphabétisation qui dépassait les 100%, à une certaine époque.

Le ministre d’Etat a, par ailleurs, invité les jeunes à profiter du côté positif des avancées de la technologique aussi. « Hier nous discutions cinq, six dictionnaires dans les bibliothèques, aujourd’hui le dictionnaire est disponible sur internet, il y a des ouvrages qui sont disponibles sur internet. Je crois que les jeunes enfants devraient exploiter ce côté positif des avancées technologiques au lieu du côté pervers », a-t-il conseillé.

Interrogé sur des éventuelles grèves des enseignants qui pourraient perturber l’année scolaire, le ministre du Travail et de la sécurité sociale, président du comité national du dialogue social a rappelé que cette revendication est constitutionnellement reconnue et réglementée. Il y a grève, a-t-il expliqué, quand les négociations ne sont pas remplies ou bien quand il y a rupture de négociation. Pour lui, l’adhésion à la grève est volontaire. « Ce n’est pas des scènes de violence auxquelles nous assistons : vous avez lancé un mot d’ordre de grève, cela concerne votre syndicat, vos adhérents qui peuvent ne pas aller en grève », a-t-il commencé, rassurant que le Comité national de dialogue social, qui est un espace de discussion entre les gouvernants et les syndicats, mettra tout  en œuvre pour que l’année scolaire ne soit pas pénalisée.

La rentrée scolaire repoussée de deux semaines dans sept lycées

Les cours viennent de commencer sur toute l’étendue du territoire national, sauf dans sept lycées nouvellement crées, notamment le complexe scolaire moderne de Massengo à Brazzaville, le lycée de Kintelé II et Ignié dans le Pool, le lycée interdépartemental de Ouesso II, dans la Sangha, les lycées Trois glorieuses et 30 Mars à Pointe-Noire ainsi que le lycée interdépartemental de Sibiti II. « Nous avons sept lycées à ouvrir cette année, nous avons un problème de déficit en enseignant, donc nous ne pouvons pas les ouvrir dès le 1er octobre, ce n’est pas possible. Nous sommes en train de faire un travail technique concernant le rééquilibrage pédagogique, c’est-à-dire prendre le surplus des enseignants qui se trouvent dans certains lycées pour les affecter dans les établissements que nous allons ouvrir. C’est sûr que dans deux semaines, ces lycées vont ouvrir leurs portes », a expliqué le directeur des lycées d’enseignement général, David Boké, qui a donné cette information à la presse.

En effet, l’ouverture de ces nouveaux  lycées est imminente pour résoudre l’épineuse question de la pléthore aigüe des effectifs des apprenants dans les lycées existants surtout dans une année où près de 60 000 élèves ont échoué au baccalauréat. Pour information, le lycée Ouesso II recevra les meilleurs élèves au Brevet d’études du premier cycle des douze départements du Congo. Celui de Massengo, est un lycée scientifique réservé uniquement aux élèves de la série C de la ville de Brazzaville. Recevant les meilleurs élèves de la Bouenza, de la Lékoumou et du Niari, le lycée de Sibiti II est un établissement interdépartemental. Kintelé et Ignié (Pool), Trois Glorieuses et 30 Mars (Pointe-Noire ) sont, quant à eux, des lycées ordinaires.

Parfait Wilfried Douniama


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongorentrée scolaire

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils