Référendum au Congo : l’opposition annule sa manifestation de vendredi

Référendum au Congo : l’opposition annule sa manifestation de vendredi

Image d’archive|Des milliers de Congolais se sont rassemblés dimanche à Brazzaville pour dire non au coup d'État constitutionnel, en référence au référendum annoncé par le président Denis Sassou Nguesso et qui lui permettrait de briguer un nouveau mandat en 2016

Image d’archive|Des milliers de Congolais se sont rassemblés dimanche à Brazzaville pour dire non au coup d’État constitutionnel, en référence au référendum annoncé par le président Denis Sassou Nguesso et qui lui permettrait de briguer un nouveau mandat en 2016

L’opposition au référendum de dimanche au Congo a annoncé jeudi soir à l’AFP qu’elle annulait sa manifestation annoncée pour vendredi en vue de dénoncer cette consultation populaire qui pourrait permettre au président Denis Sassou Nguesso de briguer un nouveau mandat en 2016.

Nous avons décidé d’annuler notre meeting de demain parce que la préfecture de Brazzaville nous a fait savoir que tous les rassemblements étaient interdits ce vendredi sur la place publique, a déclaré à l’AFP Paul-Marie Mpouélé, coordonnateur du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad).

Toutefois, nous demandons à nos militants de demeurer vigilants, de se tenir prêts pour de nouvelles consignes, et de rejeter ce référendum, a ajouté M. Mpouélé.

Nous leur demandons de garder le calme, d’éviter tout acte de violence et de ne pas répondre à la provocation. Nous prônons la non-violence et nous voulons la paix, a-t-il encore dit.

Les Congolais sont appelés à se prononcer dimanche sur un projet de nouvelle constitution faisant sauter les deux verrous empêchant M. Sassou de briguer un troisième mandat en 2016 : la limitation à deux du nombre des mandats présidentiels et l’âge maximal de 70 ans pour être candidat à la magistrature suprême.

Depuis l’annonce de ce référendum, début octobre, le Frocad et une autre coalition d’opposition, l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC) sont vent debout contre ce qu’elles qualifient de coup d’Etat constitutionnel.

Mardi, les deux plateformes avaient tenté d’organiser un rassemblement mais celui-ci a été interdit par le pouvoir, et des heurts entre forces de l’ordre et manifestants à Brazzaville et Pointe-Noire, la capitale économique du pays, ont fait entre quatre morts selon les autorités et une vingtaine de tués selon M. Mpouélé.

La journée de mercredi a été marquées par des échauffourées sporadiques et l’interpellation pendant quelques heures de six dirigeants d’opposition. Mais Brazzaville a retrouvé depuis lors un calme précaire.

Âgé de 72 ans cette année, M. Sassou cumule plus de 30 ans à la tête du Congo. Il a dirigé le pays à l’époque du parti unique, de 1979 jusqu’aux élections pluralistes de 1992, qu’il a perdues. Revenu au pouvoir en 1997 à l’issue d’une violente guerre civile, il a été élu président en 2002 et réélu en 2009.

Par l’AFP


Tags assigned to this article:
Congomanifestationoppositionreferendum

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils