Référendum au Congo : le franc-parler du journaliste Joseph Bitala-Bitémo

Référendum au Congo : le franc-parler du journaliste Joseph Bitala-Bitémo

Joseph Bitala-Bitémo

Le conseiller technique pour les questions de communication près la presse présidentielle, Joseph Bitala-Bitémo

Le conseiller technique pour les questions de communication près la presse présidentielle a dit sa part de vérité, sur Radio-Congo, au journal dominical de 7h présenté, le 1er novembre par Madila Pandi-Niangui, concernant, notamment, la manière dont Radio-Congo et Télé-Congo ont couvert la campagne référendaire, privilégiant les activités des partis et associations ayant battu campagne pour le oui.

Journaliste-reporter, docteur en sciences politiques, il a fustigé les deux médias publics, les taxant d’avoir fait preuve de partialité: «Il n’y a eu qu’un seul son de cloche. Il fallait organiser des débats contradictoires (…). Vous devez faire un choix: être journaliste ou propagandiste (…)».

Par ailleurs, il a déploré «la partition de la ville en deux», selon lui, lors des manifestations violentes ayant opposé la Force publique et les populations civiles, le 20 octobre. «Des hélicoptères ont survolé certains quartiers, lâchant des gaz lacrymogènes. On s’est cru à Gaza (…)», a-t-il poursuivi.

En tout cas, le conseiller technique pour les questions de communication a surpris par son franc-parler, par les temps qui courent où nombre de cadres intellectuels n’osent ouvrir la bouche, publiquement, pour déplorer certaines situations. La leçon sera-t-elle comprise par les médias d’Etat?


Tags assigned to this article:
CongoJoseph Bitala-Bitémoreferendum

1 comment

Write a comment
  1. RESEAU CONGO-MFOA
    RESEAU CONGO-MFOA 8 novembre, 2015, 08:28

    Non, la leçon ne sera pas comprise, parce que ces media sont tenus par des fanatiques tribalo-claniques se disant journalistes. Ils sont beaucoup plus propagandistes que journalistes. Il faut bien qu’ils méritent leurs salaires. Ils sont sous pression et ont peur de perdre leur emploi s’ils ne chantent pas les louanges de « SASSOU NZAMBE A TSENGUE » (Sassou le Dieu des Dieux), à l’instar de ZEUS.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils