RDC: une ONG demande aux autorités de restituer le corps d’un opposant

L'opposant Rossy Mukendi

L’opposant Rossy Mukendi évacué par une équipe de la Croix-Rouge après avoir été blessé par un tir des forces de l’ordre, lors d’une marche à Kinshasa contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, le 25 février 2018 en RDC afp.com – John WESSELS

L’organisation congolaise Voix des sans voix (VSV) a exhorté mercredi les autorités de Kinshasa à restituer le corps de l’opposant Rossy Mukendi, tué il y a deux mois lors de la répression d’une marche anti-Kabila dans la capitale.

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV) est « vivement préoccupée par la prise en otage qui ne dit pas son nom par les autorités congolaises du corps de monsieur Rossy Mukendi Tshimanga », tué le 25 février, écrit-elle dans un communiqué.

« Nous demandons aux autorités de donner l’accès libre aux membres de la famille de Rossy au corps de ce dernier en vue de l’identifier et de leur permettre de lui organiser dans un bref délai des obsèques dignes », a déclaré à l’AFP Rostin Manketa, directeur exécutif de la VSV.

Il n’est pas normal que les autorités congolaises « s’approprient indument le corps de l’activiste Rossy Mukendi qu’elles n’ont pas voulu, pourtant, protéger de son vivant », a-t-il ajouté.

Principale ONG de défense des droits de l’Homme en République démocratique du Congo (RDC), la VSV a en outre « dénoncé fermement les intimidations et menaces » contre la famille du défunt « de la part d’ inconnus se réclamant des services de sécurité ». C’est « inadmissible », selon VSV.

L’AFP n’a pu joindre dans l’immédiat les autorités congolaises sur ces accusations.

Le bureau des Nations unies aux droits de l’Homme en RDC devait rencontrer mercredi la famille du défunt.

« C’est après cette réunion que je pourrais faire les démarches qui s’imposent pour obtenir et faciliter la récupération du corps », a déclaré à la presse Abdoul Aziz Thioye, directeur du de ce bureau de l’ONU.

Rossy Mukendi, 35 ans, initiateur du mouvement « Collectif 2016 », a été tué par balle le 25 février dans la répression de la marche organisée par des catholiques en RDC contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila.

Par l’AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
corpsONGopposantRDC

Related Articles

Burkina : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao déféré en prison

L’ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, Luc Adolphe Tiao vient d’être déféré à la maison d’arrêt et de correction de

RDC : le film de Thierry Michel sur Denis Mukwege interdit de projection à Kinshasa

Le film de Thierry Michel et Colette Braeckman, « L’Homme qui répare les femmes », ne sera pas projeté à

Guinée – Alpha Condé parle : troisième mandat, « Seul le peuple décidera »

« Après vos deux mandats, quitterez-vous le pouvoir, se hasarde un confrère. Le président rit aux éclats. « Je viens du Rwanda,

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils