RDC : pas d’élections pour remplacer Kabila avant début 2019 (Commission électorale)

Le Président Joseph Kabila

La République démocratique du Congo ne pourra pas organiser d’élection pour remplacer le président Joseph Kabila avant « 504 » jours, soit début 2019, a annoncé mercredi la commission électorale, alors qu’une présidentielle devait initialement avoir lieu fin 2017.

« La CENI (commission électorale, ndlr) a besoin de 504 jours après la fin du recensement pour arriver au jour du scrutin », explique la commission sur son site internet.

Ce recensement est encore en cours dans la région troublée du Kasaï.

Le délai peut être réduit « si on accepte d’utiliser la machine à voter et si l’on change la loi électorale », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la commission électorale.

Le deuxième et dernier mandat du président Kabila a pris fin en décembre 2016, la Constitution lui interdisant de se représenter.

Un accord pouvoir-opposition sous l’égide de l’église catholique conclu le 31 décembre 2016 prévoyait « l’organisation des élections en une seule séquence présidentielle, législatives nationale et provinciale au plus tard en décembre 2017 ».

Ce délai était devenu légalement impossible à tenir le 1er octobre, la loi prévoyant une convocation du corps électoral trois mois avant la fin du scrutin.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale. Des guerres et conflits à la politique, au sport, au spectacle jusqu’aux grands développements en matière de santé, de sciences ou de technologie.


Tags assigned to this article:
KabilaRDC

Related Articles

Dévaluation du franc Cfa, pression impérialiste ou réalité économique?

Concernant la probable dévaluation du franc CFA-Cemac plusieurs questions se posent, il serait difficile d’apporter des réponses de façon parfaitement

RDC : Lambert Mende confirme l’arrestation de l’opposant Martin Fayulu

En République démocratique du Congo, l’un des principaux opposants, le député Martin Fayulu, a été arrêté en début d’après-midi au

RDC: un avion militaire belge refoulé après son atterrissage à Kinshasa

 Selon les autorités congolaises, il n’avait pas d’autorisation diplomatique. Un avion de transport militaire C-130 Hercules a été refoulé jeudi

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils