home International, RD Congo RDC : les opérateurs cellulaires priés d’identifier leurs abonnés

RDC : les opérateurs cellulaires priés d’identifier leurs abonnés

Image d’archive| Will Boase/Bloomberg via Getty Images
Image d’archive| Will Boase/Bloomberg via Getty Images

L’exécutif national évoque de raisons de sécurité et de maintien de l’ordre public pour justifier sa décision tout en obligeant les assujettis à s’y conformer sous peine de voir leur accès au service immédiatement interrompu.

Le gouvernement, par le truchement du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, tient à maîtriser le secteur des télécommunications en cette période agitée de fin d’année. Secteur très sensible par lequel peuvent se concocter toutes sortes de plans machiavéliques visant à déstabiliser le pays, les télécoms sont censés intéresser au plus haut chef les autorités pour des raisons évidentes. C’est dans ce contexte qu’il faut insérer la publication, le 26 décembre, d’un communiqué officiel signé conjointement par Évariste Boshab et Thomas Luhaka respectivement vice-Premier ministre chargé de l’Intérieur et ministre des Postes, Télécommunications-Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC).

Il en découle que désormais tous les abonnés au réseau cellulaire sont astreints à se faire identifier. Aussi les utilisateurs des téléphones mobiles sont-ils priés de se rendre auprès de leurs opérateurs respectifs pour se faire identifier, à défaut de voir leurs numéros être simplement bouchés. C’est à partir du 28 décembre coïncidant avec l’expiration de l’ultimatum de quarante-huit heures donné aux abonnés que cette décision était censée prendre effet.  « Le gouvernement de la République informe le public qu’à partir de lundi 28 décembre 2015, tout abonné qui ne sera pas identifié à la souscription d’un abonnement ne pourra plus avoir accès à un réseau national des télécommunications », peut-on lire sur le communiqué publié à l’issue de la réunion.

L’exécutif national évoque des raisons de sécurité et de maintien de l’ordre public pour justifier sa décision tout en obligeant les assujettis à s’y conformer sous peine de voir leur accès au service immédiatement interrompu. Les opérateurs du secteur, en l’occurrence, les exploitants des réseaux et fournisseurs des services de télécommunications ouverts au public sont tenus, au terme dudit accord, d’observer scrupuleusement l’esprit et la lettre des textes légaux et réglementaires en vigueur. Faute de quoi, ils s’exposent aux sanctions prévues par la loi.

Notons que le gouvernement n’est pas à sa première décision du genre comme en témoignent les nombreuses réunions tenues depuis 2008 avec les différents intervenants du secteur. Nonobstant l’exhortation récurrente faite aux exploitants d’identifier leurs abonnés, l’opération n’arrive toujours pas à prendre son envol à cause de certaines incompréhensions entre les deux parties. L’intérêt sécuritaire manifesté par le gouvernement n’arrive toujours pas à rencontrer les motivations financières des opérateurs du secteur contraints de se délester des abonnés non en règle, créant ainsi des manques à gagner difficiles à combler.  

Alain Diasso

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils