RDC : les évêques catholiques demandent à Kabila d’abandonner les poursuites contre Moïse Katumbi

RDC : les évêques catholiques demandent à Kabila d’abandonner les poursuites contre Moïse Katumbi

Les évêques catholiques congolais ont recommandé au président Joseph Kabila d’autoriser l’opposant en exil Moïse Katumbi à rentrer librement en République démocratique du Congo, qualifiant sa condamnation en justice de « mascarade », selon un rapport confidentiel dont l’AFP a obtenu copie mercredi.

Dans ce rapport transmis le 29 mars au président Kabila, la conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) plaide pour « le retrait » de la décision d’arrestation immédiate de M. Katumbi, candidat déclaré à la présidentielle, et « son retour en homme libre afin qu’il exerce ses droits civils et politiques » en RDC.

Ce rapport a été établi à l’issue d’une enquête menée par la Cenco, alors qu’elle conduisait la médiation entre pouvoir et opposition ayant abouti à la signature le 31 décembre d’un accord de sortie de la crise politique née du maintien de M. Kabila à la tête de la RDC au delà du terme de son mandat qui a échu le 20 décembre.

Les signataires de cet accord, exceptés les délégués de la majorité, ont chargé les évêques « de recueillir » des informations pouvant permettre d’obtenir la « liberté » pour les opposants Katumbi et Jean-Claude Muyambo en vue de la décrispation de l’espace politique en RDC.

Ex-allié de poids de M. Kabila passé à l’opposition en septembre, actuellement en exil, M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison pour spoliation d’immeuble appartenant à un citoyen grec et attend de comparaitre devant la justice pour une affaire de recrutement de mercenaires. M. Muyambo a été condamné à cinq ans de prison dans une affaire d’escroquerie portant sur le même immeuble.

« Les deux procès ne sont que des mascarades », lit-on dans le rapport qui note que la citation à comparaitre adressée à M. Katumbi avait été déposée auprès du bourgmestre de son lieu d’habitation pendant qu’il avait obtenu du parquet « une excuse légale pour sortir du pays » en vue de suivre des soins médicaux à l’étranger.

La Commission mise en place par l’épiscopat estime que les « actes et pièces pour lesquels M. Moïse Katumbi est mis en cause sont fabriqués dans le seul but de l’inviter [au] procès et le condamner », laissant « croire que le procès collé à M. Katumbi Chapwe est plutôt un règlement de compte purement politique ».

Interrogé par l’AFP, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende a estimé que « c’est à la justice » que les évêques « devraient adresser une requête » et non au chef de l’État.

« La liberté ne s’obtient pas de cette manière-là », a déclaré pour sa part à l’AFP, Célestin Tunda Ya Kasende, un porte-parole de la Majorité en RDC.

« Les propositions des évêques, si proposition il y a, doivent tenir compte de l’équité pour tous les Congolais et non d’un traitement privilégié au profit des criminels en cravate », a-t-il ajouté.

Âgé de 45 ans, M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de se représenter.

Le chef de l’État est resté à la tête du pays en vertu d’une décision controversée de la Cour constitutionnelle, finalement avalisée par l’opposition dans l’accord de la Saint-Sylvestre.

La RDC traverse une crise politique depuis la réélection de M. Kabila en 2011 lors d’une présidentielle entachée de fraudes massives.

L’accord du 31 décembre dernier prévoit la tenue d’une présidentielle avant la fin de l’année, mais sa mise en oeuvre tarde et le respect de cette échéance apparaît chaque jour plus hypothétique.

Par l’AFP


Tags assigned to this article:
évêques catholiquesKabilaMoïse KatumbiRDC

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils