home RD Congo RDC : les États-Unis gèlent les avoirs de deux généraux

RDC : les États-Unis gèlent les avoirs de deux généraux

Déjà regardant et vigilant vis-à-vis de la situation en République Démocratique du Congo, les Etats-Unis n’hésitent pas à passer à l’action. Ce mercredi, ils ont annoncé des nouvelles sanctions contre deux officiers militaires.

Il s’agit du Général Gabriel Amisi Kumba très connu sous le pseudo « Tango Four » ainsi que du Général John NUMBI. Deux officiers militaires très influents dans l’armée congolaise.

Ils sont accusés d’être impliqués dans des violences contre des civils notamment celles survenues les 19 et 20 septembre dernier à Kinshasa. Selon des témoins, le Général Gabriel Amisi Kumba en personne était descendu sur terrain pour remettre de l’ordre lors des échauffourées. C’est justement à sa venue accompagné de ses éléments lourdement armés que les manifestants avaient rebroussé chemin.

Quant au Général John Numbi, c’est l’homme de la fameuse affaire Chebeya, cet activiste des Droits de l’homme sauvagement abattu en juin 2010. Le général a été depuis soupçonné d’être derrière cet assassinat. Ces nouvelles sanctions ciblées rejoignent celle d’un autre officier de la police, le général Célestin Kanyama, commissaire de la police de la ville de Kinshasa sanctionné en juin dernier.

La RDC dans le viseur

Ces sanctions interviennent au moment où la haute commissaire adjointe aux droits de l’homme a demandé l’ouverture d’une enquête devant faire la lumière sur les nombreuses violences qui ont émaillé les manifestations du lundi 19 et mardi 20 septembre à Kinshasa ainsi que dans quelques provinces du pays. .

Selon Kate Gilmore qui a souligné la nécessité d’une enquête indépendante, transparente et crédible pour traduire en justice les auteurs et les instigateurs des violences, le bilan est de 49 civils tués et 127 blessés semble-t-il par les éléments de la Garde républicaine, l’armée et la police.

TAGS:
Photo du profil de Oeil D'Afrique

Oeil D'Afrique

Site panafrician. Journal en ligne avec des correspondants dans les grandes villes africaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils