RDC : Joseph Kabila met en garde les fauteurs des troubles

RDC : Joseph Kabila met en garde les fauteurs des troubles

Le président Joseph Kabila Kabange prononçant son discours sur l’état de la nation le 15/12/2012 à Kinshasa, devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès.

Le président Joseph Kabila Kabange prononçant son discours sur l’état de la nation le 15/12/2012 à Kinshasa, devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès.

«Ce n’est pas par la violence que nous règlerons nos divergences», a-t-il indiqué tout en affirmant qu’il ne permettra pas que les acquis de la République obtenus par le dur labeur et le sacrifice soient compromis, sous quelque prétexte que ce soit.   

C’est un Joseph Kabila visiblement sûr de lui et qui tient d’une main ferme l’appareil de l‘État qui s’est présenté le 14 décembre devant les députés et sénateurs réunis en Congrès. Le tour d’horizon auquel s’est livré le président de la République en survolant les différents secteurs de la vie nationale a eu pour point de chute le secteur politique. C’est là où l’opinion intérieure l’attendait dans son discours sur l‘état de la Nation prononcé devant des congressistes. Tout en encourageant ses compatriotes à tirer avantage de la tradition séculaire du dialogue qui a toujours prévalu comme mode de règlement de divergences politiques et sociales dans le pays, Joseph Kabila continue d’assumer la responsabilité de l’initiative dudit forum.

Rappelant l’objectif de cette rencontre, le chef de l’État a indiqué qu’il s’agira essentiellement « de trouver des solutions consensuelles aux questions majeures qui minent le processus électoral ouvrant ainsi la voie à des élections crédibles et apaisées ». Et de confirmer le démarrage à brève échéance – sans donner de date précise – de ces assises qui dépendent de la mise en place en cours du comité préparatoire et celle prochaine de la facilitation internationale. Plus que jamais convaincu que c’est par les Congolais eux-mêmes que viendra la solution à leurs problèmes, Joseph Kabila a, une fois encore, exprimé son dépit vis-à-vis de toute ingérence extérieure. « Ce n’est pas par la violence que nous règlerons nos divergences. Ce n’est pas non plus des Nations unies, de l’Orient ou de l’Occident que viendront les solutions à nos problèmes, mais plutôt de nous-mêmes et par le dialogue entre les Congolais et les Congolaises mus par la fibre patriotique et inspirés par l’appel à l’autodétermination et à l’auto-prise en charge toujours d’actualité de nos deux héros nationaux, Émery Patrice Lumumba et Mzee Laurent Désiré Kabila », a-t-il déclaré sous un flot d’applaudissements.

Et le président de la République de poursuivre : « En ma qualité de garant de la Nation, j’en appelle une fois de plus au sens élevé de responsabilité d’un chacun et de tous afin qu’au sortir du dialogue national, nous soyons plus unis qu’avant dans la mise en œuvre d’un processus électoral authentiquement congolais, fruit d’un consensus librement dégagé avec pour objectif, la consolidation de notre jeune démocratie et la préservation de la paix chèrement acquise, de la sécurité, de la stabilité et des progrès enregistrés sur la voie du développement de notre pays ». À ceux qui refusent d’adhérer au schéma du dialogue préférant agiter le spectre de la violence en promettant sang et sueur au peuple congolais, Joseph Kabila a eu des mots aux senteurs interpellateurs : « Je ne permettrai pas que les sacrifices consentis ensemble au cours des dernières années pour bâtir la paix et la sécurité dans notre pays et dans la région balisant ainsi la voie de l’émergence soient compromis sous quelque prétexte que ce soit par ceux qui, de mauvaise foi et de manière délibérée, choisiront de rester enfermés dans leur posture négativiste refusant le dialogue au profit des complots contre la République ». Et le président de déclarer en substance : « Il n’y aura ni l’un ni l’autre ».

Pour Joseph Kabila, le peuple congolais n’aura qu’à choisir entre la mort qui lui est proposée par les fauteurs des troubles et ses aspirations légitimes à la quiétude et au bien-être que les institutions de la République entendent sauvegarder et promouvoir, en tout temps et en tout lieu. Il s’agit là, a-t-il dit, de deux projets de société pour les prochaines élections que le peuple congolais aura à choisir lors des prochains scrutins.

L’occasion était également propice pour Joseph Kabila de revenir sur l’idée de revoir les modalités de vote lors des prochaines élections pour réduire le coût des élections.  « Je demeure persuadé que l’option à lever sur les modalités de vote prévues à l’article 47 de la loi électorale, à savoir soit le vote par bulletin à papier soit le vote électronique pourrait contribuer à réduire substantiellement le coût des opérations électorales », a-t-il affirmé. Au regard du tour d’horizon qu’il a fait sur tous les domaines de la vie nationale, le président de la République reste convaincu que les perspectives pour la RDC sont, en définitive, plus qu’encourageantes. « À chacun de nous de contribuer à amplifier la tendance au cours des années à venir », a-t-il conclu.                                    

Alain Diasso


Tags assigned to this article:
Joseph KabilaRDC

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils