RD Congo : Le parti au pouvoir à la manœuvre

Le président de la RD Congo, Joseph Kabila

Le président de la RD Congo, Joseph Kabila, le 3 avril 2017 à Kinshasa. REUTERS/Kenny Katombe

Après l’adoption mercredi 4 juillet dernier par le Sénat de la RD Congo d’un texte de loi sur le statut des anciens présidents, c’est le parti au pouvoir, le PPRD, qui fait bouger les lignes. Cette formation politique a appelé ces jours-ci à la possible candidature du président Joseph Kabila Kabange, qui selon la Constitution du pays est en fin de mandat depuis fin décembre 2016. Certains ont soupçonné la démarche du Sénat comme une façon de négocier une sortie honorable pour l’actuel président, alors que ce dernier maintient jusqu’ici le silence autour de son éventuelle candidature à la prochaine présidentielle.

A l’issue de sa plénière, la chambre basse du Parlement congolais a adopté le texte de loi portant sur le statut des anciens présidents de la République élus. Seulement, la Constitution du pays ne prévoit pas le renouvellement du mandat de l’actuel président qui s’est achevé depuis fin décembre 2016. Une première en RD Congo: le texte adopté détermine les droits et les avantages qui sont conférés aux anciens dirigeants après leur mandat.

Ce document stipule, entre autres, que les droits et avantages accordés aux anciens chefs d’Etat élus ne sont pas cumulatifs avec d’autres, notamment ceux dont les bénéficiaires pourraient jouir en tant que sénateurs. Il précise que tout ancien président de la République élu est, de droit, sénateur à vie. Des mesures et des dispositions particulières en matière de sécurité pour la protection de sa personne, de sa famille et de ses biens sont également prévues. Et c’est à travers la loi budgétaire qu’est examinée chaque année sa rémunération.

La qualité d’ancien président de la République élu ne doit ni nuire ni profiter à celui qui en est revêtu. Les poursuites judiciaires contre lui sont engagées conformément à la Constitution et aux lois en vigueur. Pour le sénateur Modeste Mutinga, l’auteur de la proposition de cette loi, «tout est fait pour préserver la paix et la tranquillité». Il a ajouté: «Avec cette loi, on ne cherche pas à régler des comptes, mais à conforter la démocratie et favoriser l’alternance». C’est dans ce tourbillon que le PPRD donne de la voix, réclamant la candidature de son leader, le président Kabila.

A noter qu’en République démocratique du Congo, il n’existe aucun ancien président vivant. La loi actuelle s’applique donc, de facto, au président Kabila qui protège ses arrières visiblement.

Marcellin MOUZITA

MOUKOUAMOU


Tags assigned to this article:
Joseph KabilapartipouvoirPPRDRD Congo

Related Articles

Le roi du Maroc annonce son intention de réintégrer l’Union africaine

Le roi Mohammed VI a annoncé dimanche que le moment était « arrivé » pour que le Maroc retrouve sa « place naturelle »

Musique : Le concert parisien de l’artiste congolais Fally Ipupa est interdit par la préfecture de police

La préfecture de police de la ville de Paris, en France, a annoncé mardi 20 juin l’interdiction du concert que

South African Airways meilleure compagnie aérienne africaine, selon le top 10 de Skytrax

La dernière enquête de l’agence britannique de notation de transport aérien international (SKYTRAX) vient de publier, à l’occasion du salon

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils