Qatar 2022 : les noms des 3 dirigeants africains accusés de corruption révélés

Qatar 2022 : les noms des 3 dirigeants africains accusés de corruption révélés

Issa Hayatou

Issa Hayatou, président de la CAF

La polémique autour de l’attribution de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar vient de connaître un nouveau rebondissement. Alors que France Football relayait à la fin de l’année 2014 que des dirigeants africains avaient été soudoyés par les Qatariens, leurs noms ont été révélés la semaine dernière à l’occasion d’un documentaire diffusé sur une chaîne de télévision allemande.

A ce train-la, il y a fort à parier que la Coupe du monde 2022 ne se déroulera pas au Qatar. Alors que la Fifa dirigée par Sepp Blatter refuse toujours de publier le rapport Garcia (le Suisse s’est encore dédouané ce vendredi en rendant responsable le comité d’éthique de « son » instance), les soupçons de corruption quant à l’attribution du Mondial 2022 au Qatar ne cessent de grandir.

Dernier coup de semonce en date pour la Fifa, les révélations des noms des trois dirigeants africains qui auraient reçu des pots de vin de la part du Qatar pour truquer les votes. Dans un documentaire publié la semaine dernière sur la chaîne de télévision allemande ARD, Phaedra Almajid, ancienne membre du comité de candidature de Qatar 2022, a cité spécifiquement trois personnes. Elle avait déjà affirmé à France Football à la fin de l’année 2014 que des Qatariens avaient corrompu trois membres de la CAF mais elle s’était abstenue de les nommer. C’est désormais chose faite.

Un pactole à 1,5 million de dollars…

L’ancienne chargée de communication a donc accusé publiquement le Camerounais Issa Hayatou (voir photo), le Nigérian Amos Adamu et l’Ivoirien Jacques Anouma d’avoir perçu un pactole de 1,5 million de dollars chacun, des sommes censées représenter un « encouragement » financier pour leur fédération… En décembre dernier, Phaedra Almajid évoquait notamment la scène lors de laquelle lesdits pots de vin auraient vu le jour dans une suite d’un hôtel de Luanda (Angola) en janvier 201.

« Une personne indique que les Qataris sont ravis de la présence [d’un] haut dirigeant [du foot africain] et qu’ils souhaitent faire bénéficier sa fédération d’un don d’un million de dollars, raconte-t-elle. Ce monsieur répond, sans même un regard pour le Qatari : «Ah, un million de dollars… Pourquoi pas un million et demi de dollars.» Et le Qatari dit qu’il espère pouvoir compter sur son soutien. L’intéressé lui assure que c’est le cas. Et c’est fini. » Malheureusement pour les personnes incriminées, cette histoire ne fait que commencer…

(Metronews)


Tags assigned to this article:
CAFCorruptionFootIssa HayatouQatar 2022

2 comments

Write a comment
  1. oulounice mezouar
    oulounice mezouar 18 mai, 2015, 19:17

    S’il existe une justice indépendante dans ce monde tous les dirigeants du football qui siègent dans l’a F I F A devront être jugés pour corruption actives et passives.Mais les cas de Blatter et Hayattou sont plus flagrants

    Reply this comment
  2. Génévieve
    Génévieve 19 mai, 2015, 12:27

    Pourquoi s’acharnent t-on sur les dirigeants africains? Ce n’est pas pour la première fois qu’ils sont accusés. L’attribution du dernier mondial joué en Allemagne avait mis à jour la grosse corruption mais personne n’en parle. Blatter et Platini sont-ils des sains dans cette affaire? Le scandale des billets vendus au Brésil, qui on parle de nos jours? Arrêtez d’accusés les africains sans preuves. Trois dirigeants de football africain peuvent-ils faire basculer le vote en faveur du Qatar? Réfléchissez et vous comprendrez les vrais responsables.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils