Procès du général Mokoko à Brazzaville : Où est passé Tony Gilbert Moudilou, le principal accusateur de Jean-Marie Michel Mokoko ?

Tony Gilbert Moudilou, un Congolais qui se présente comme un avocat, est accusé d’avoir participé au montage de la vidéo au centre du dossier d’accusation

Tony Gilbert Moudilou, un Congolais qui se présente comme un avocat, est accusé d’avoir participé au montage de la vidéo au centre du dossier d’accusation © Facebook

Le procès du Général Jean-Marie Michel Mokoko s’est ouvert ce lundi 7 mai à Brazzaville. Les audiences devraient s’étaler sur dix jours. Retour sur les éléments clefs du dossier.

L’ancien candidat à la présidentielle, le général Jean-Marie Michel Mokoko, comparaissait devant la justice congolaise à partir du 7 mai pour « atteinte à la sécurité intérieure de l’État » et détention illégale d’armes et munitions de guerre. Une première audience qui aura notamment été marquée par la mise à l’écart provisoire d’une partie des journalistes, d’abord refoulés du prétoire malgré leurs accréditations. « Excès de zèle », expliquera une source officielle, qui assure que celui-ci a été réparé avant le terme de l’audience 

Autre fait marquant de cette première journée, le silence observé sur les bancs de la défense. Parmi les avocats du général Mokoko, ceux inscrits au barreau de Brazzaville ont refusé de prendre la parole, conformément à ce qu’ils avaient annoncé dans un communiqué de presse. Par ailleurs, aucun des membres du pool d’avocats du barreau de Paris n’avait fait le voyage, afin de « ne pas donner crédit à un règlement de comptes politique maquillé en procédure judiciaire », ont-ils expliqué. Pour sa part, le général Mokoko est apparu souriant à l’audience, mais il a refusé de porter sa tenue de prisonnier de droit commun, provoquant un retard dans l’ouverture des débats. Il a finalement pu comparaître en civil.

Retour sur les principaux éléments du dossier.

• Qui sont les huit accusés ?

Accusé principal dans le dossier : Jean-Marie Michel Mokoko. Originaire du nord du pays, bien que transcendant le clivage Nord-Sud qui continue de structurer la vie socio-politique, il jouit d’une certaine popularité, notamment pour son rôle au moment de la Conférence nationale souveraine qui a symbolisé, au début des années 1990, le virage vers le pluralisme politique.

Ancien candidat à la magistrature suprême, il sera seul à comparaître à la barre à Brazzaville. Tous les autres accusés se trouvent en France, malgré les mandats d’arrêt lancés à leur encontre par les autorités de Brazzaville.

Gilbert Moudilou, un Congolais qui se présente comme un avocat, est accusé d’avoir participé au montage de la vidéo au centre du dossier d’accusation (lire ci-dessous). Me Sylvain Maier, un avocat français, est également visé par la procédure car c’est dans son cabinet parisien que la vidéo en question a été tournée. Sont également poursuivis Pierre Ravion, Jean-François Cazé, Stéphane Vincent, Eric Berardengo et Jean Renaud Didier Fayol, tous ressortissants français. Présentés par l’accusation comme des mercenaires, ils sont accusés de complicité d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État.

• Que leur reproche l’accusation ?

Arrivé troisième de l’élection présidentielle, en mars 2016, avec 13,89 % des suffrages exprimés selon les résultats officiels, le général Jean-Marie Michel Mokoko n’a jamais reconnu la victoire de Denis Sassou Nguesso. Dès la proclamation des résultats, le 24 mars, il avait lancé un « appel à la désobéissance civile généralisée », exhortant les Congolais à « réclamer [leur] vote confisqué et volé ».

Des termes assimilés par les autorités à un appel à l’« insurrection » qui aurait « connu un début d’exécution », affirme Me Emmanuel Oko, avocat de l’État. Selon ce dernier, c’est suite à cet appel que des  miliciens Ninjas-Nsiloulou du pasteur Ntumi auraient conduit une attaque contre Brazzaville, début avril 2016.

Parmi les éléments à charge figure en particulier une vidéo, vraisemblablement tournée en 2007, qui a refait surface pendant la campagne présidentielle de 2016. On y voit le général Mokoko dans le bureau d’un avocat parisien, en train de discuter de la préparation d’un coup d’État contre le président Denis Sassou Nguesso.

Les sept co-accusés du général Mokoko dans ce volet de l’affaire, tous absents, seront donc jugés par contumace.

Le général Mokoko est également accusé d’avoir détenu à son domicile des armes de guerres et des munitions.

• Que dit la défense ?

Selon Me Norbert Tricaud, avocat de Mokoko, l’appel à la « désobéissance civile » était en réalité un appel à une « grève générale, une protestation pacifique ». Et la défense de mettre en avant « l’incompétence » de la Cour criminelle dans ce dossier. Le général Mokoko bénéficierait en effet, selon ses avocats, d’une immunité au titre de sa distinction de Grand officier dans l’Ordre du mérite congolais.

Ils s’appuient en cela sur un article du décret du 10 avril 2001, portant création et organisation du Conseil des Ordres nationaux, qui stipule que que « les dignitaires de la République bénéficient de l’immunité juridictionnelle ».

Mais selon l’accusation, le général Mokoko aurait renoncé de façon implicite à son immunité en s’exprimant à la barre pour expliquer sa décision de garder le silence devant les juges. Le décret dont il se prévaut serait également frappé de nullité, en vertu d’une décision de la Cour suprême. Seul un texte de loi – et non un décret – pouvant accorder une immunité.

Par JA

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
CongoJusticeMokokoMoudilouSassou

Related Articles

Congo : 16 exigences à améliorer dans le secteur pétrolier et gazier d’ici décembre 2019 pour éviter la suspension à l’ITIE

Le gouvernement est tenu de prendre des mesures « correctives » liées à la gestion des entreprises pétrolières et minières

Congo : L’ARPCE a fait passer la licence 4G à 10 milliards de francs CFA

Le directeur général de l’Autorité de régulation des postes et communications électroniques (ARPCE) Yves Castanou a rappelé au cours d’un

Le port de la ceinture désormais obligatoire au Congo-Brazzaville

La Direction Générale des Transports Terrestres (DGTT), a exigé récemment à Brazzaville, aux chauffeurs de toutes catégories de véhicules de

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils