Présidentielle au Gabon : «Si Ali Bongo passe, ils vont tout “gaspiller”»

Présidentielle au Gabon : «Si Ali Bongo passe, ils vont tout “gaspiller”»

Le président sortant Ali Bongo Ondimba, qui a succédé à son père Omar Bongo, est candidat à sa réélection. Mais ses opposants, dont les partisans de Jean Ping, sont persuadés que le pouvoir prépare des fraudes massives. Ce qui ranime le spectre des violences post-électorales de 2009.

A l’ombre tutélaire d’Omar Bongo qui a façonné leur pays pendant 41 ans, les Gabonais élisent samedi leur président dans un scrutin mettant aux prises son fils, le dirigeant sortant Ali Bongo Ondimba, et Jean Ping, représentant la vieille garde des collaborateurs du défunt chef de l’Etat passés dans l’opposition. Outre les deux favoris, neuf autres candidats sont en lice pour ce scrutin à un seul tour. Celui qui arrivera en tête sera élu pour un mandat de sept ans.

Beaucoup au Gabon redoutent d’ores et déjà des troubles à l’annonce des résultats. A Libreville, la crainte est ressentie: «Si Ali passe, ils vont tout ‘gaspiller’» (casser), dit Stéphane Mba, la trentaine et sans emploi, à propos de militants de l’opposition persuadés que le pouvoir prépare des fraudes massives. Par précaution, des étrangers installés au Gabon – Libanais, Français, Ouest-Africains – ont d’ailleurs décalé leurs congés ou sont rentrés au pays pour la période électorale.

En 2009, la victoire d’Ali Bongo avait été contestée par l’opposition, provoquant des violences: plusieurs morts, pillages, couvre-feu, incendie du consulat de France dans la capitale économique Port-Gentil… «Je souhaite que le scrutin se passe bien et que celui qui aura perdu accepte sa défaite», espère Fabrice Moudamba, qui a perdu son emploi dans le pétrole à Port-Gentil du fait de la crise.
«Il n’y a plus d’argent»

Le scrutin de samedi se déroule dans un climat social déjà tendu, du fait de l’effondrement des cours du pétrole, première source de revenus de ce pays d’1,8 million d’habitants. Rien qu’à Port-Gentil, le secteur pétrolier a licencié plus de 2.500 salariés depuis 2014. «Il n’y a plus d’argent», commente Félicité, commerçante à Lalala, un quartier de la capitale.

Fils aîné de l’ancien président, Ali Bongo, 57 ans, a battu campagne sous le slogan «Changeons ensemble» en mettant en avant les réalisations de son septennat – routes, hôpitaux… – et la rupture avec les pratiques financières du passé: «évaporation» des fonds publics, gestion obscure des ressources pétrolières…
Interminable polémique sur la filiation du président sortant

A contrario, l’opposition dénonce avec virulence une politique de prédation orchestrée, selon elle, par une «légion étrangère» de nouveaux collaborateurs entourant le chef de l’Etat. L’expression vise particulièrement le directeur de cabinet du président, Maixent Accrombessi, un Gabono-béninois.

Dans ce climat, les échanges verbaux ont été particulièrement virulents pendant la campagne. Une interminable polémique, ponctuée de poursuites judiciaires, sur la filiation du président sortant a empoisonné les débats pendant des mois. Dans l’autre camp, des partisans du président ne se sont pas privés d’attaquer M. Ping, un métis sino-gabonais de 73 ans, sur ses origines, sous-entendant lourdement qu’il servait pour son bénéfice personnel de cheval de Troie aux intérêts chinois. Pourtant, les deux hommes se connaissent bien. Ils ont travaillé ensemble durant des années sous la direction d’Omar Bongo, qui imposa M. Ping à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA).

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro


Tags assigned to this article:
Ali BongoGabonJean PingPrésidentielle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils