home Gabon, International, Politique Présidentielle au Gabon : des Ivoiriens et des Français dans le collimateur du camp d’Ali Bongo

Présidentielle au Gabon : des Ivoiriens et des Français dans le collimateur du camp d’Ali Bongo

Dans la guerre de communication que se livrent les deux principaux candidats à l’élection présidentielle au Gabon, le camp du candidat Ali Bongo tente, par la dénonciation de certains acteurs ivoiriens de haut rang, de reprendre la main sur celui de Ping qui, depuis la fin des votes, a mené la danse.

Après deux jours durant lesquels, Ali Bongo a été mis dans une position de défense, Alain-Claude Bilié By Nze semble avoir enfin trouvé l’accusation qui devrait renverser la vapeur. Face à la presse dans les locaux de Gabon Télévision, le porte-parole d’Ali Bongo a tenu à rappeler la souveraineté du Gabon et dénoncer le communiqué du parti socialiste français et certains hommes d’affaires liés à Jean Ping.

Pour Bilie By Nze, le candidat Jean Ping a activé ses réseaux français et ivoiriens afin de « peser sur l’issue du scrutin et porter atteinte à la sécurité du pays ». Le porte-parole d’Ali Bongo affirme qu’un conseiller du président Ivoirien, Alassane Ouattara a introduit des hackers au Gabon pour diffuser via une application des faux procès verbaux.

En sa qualité de ministre de la Communication et porte-parole du gouvernent, Alain Claude Bilie By Nze a nommé Mamady Diané,  conseiller du président ivoirien Alassane Ouattara comme étant l’auteur de la mise en place du logiciel  pour le camp Jean Ping.

Contacté par Oeil d’Afrique, Mamady Diané s’étonne : « Je ne suis pas au courant (de cette affaire) et je ne suis ni prêt ni de loin mêlé à ces affaires d’ingérence au Gabon ». Néanmoins, un proche de Mamady Diané ayant requis l’anonymat relativise en ces termes. « Il n’est pas question d’ingérence mais de conseils à un ami. Nous avons conseillé à monsieur Ping de demander à ses représentants à la CENAP de démissionner si le résultat ne correspondait pas aux chiffres que le camp Ping a en sa possession. Si l’appel a été intercepté, c’est que le candidat Ping est sur écoute ».

Du côté de la CENAP, les délibérations ont commencé. Elle devrait donner les résultats tard dans la soirée afin que le ministère de l’Intérieur les publie. En attendant, la pression est bien plus forte et les Gabonais vivent peut être le jour le plus long de leur histoire.

One thought on “Présidentielle au Gabon : des Ivoiriens et des Français dans le collimateur du camp d’Ali Bongo

  1. Disant que JEAN PING a été trop pressé d’annoncer sa victoire fallait qu’il attende aux moins deux jours même si il avait eu des p v qu’il lui disait qu’il a gagné.Peut être s’était des faux ? comme il n’aime pas ALI cela a été trop juste en une nuit .C’est cela que les gens n’arrive pas a comprendre .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils