home Congo, Pointe Noire, Politique Présidentielle au Congo: l’Union européenne et les USA font du service minimum

Présidentielle au Congo: l’Union européenne et les USA font du service minimum

vote de Brazzaville
Dans un bureau de vote de Brazzaville, le 15 juillet 2012|AFP

Une délégation des pays membres de l’Union européenne (UE), élargie à l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Congo, a échangé le 11 mars en après-midi, avec la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) sur les préparatifs de l’élection présidentielle dont le 1er tour est prévu pour le dimanche 20 mars prochain

L’UE n’enverra pas des observateurs internationaux au cours de l’élection présidentielle qui pointe à l’horizon. En effet, à défaut d’une mission internationale d’observation, elle se contentera des diplomates de ses pays membres accrédités en République du Congo. Le chef de la délégation de continent, l’ambassadeur Saskia de Lang, l’a réaffirmé à la presse au sortir de la séance de travail de près de 2 heures avec le président de la CNEI, Henri Bouka.

« Nous avons échangé aujourd’hui, entre autres, sur le déploiement des diplomates au Congo lors du scrutin présidentiel du 20 mars, c’est ce que nous prévoyons. Il n’y aura pas de missions étrangères, il n’y aura pas de missions internationales de la part de l’Union européenne. Comme je vous l’ai dit, cela se fera  par le déploiement des diplomates ici sur le terrain », a indiqué celle qui conduisait la délégation composée des ambassadeurs de France, d’Italie, des Pays-Bas et de l’Allemagne en poste à Brazzaville.

De son côté, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Congo, Stephanie Sullivan, s’est dit sortir de là avec une meilleure compréhension sur les préparatifs en cours. « Il y a un programme qui se déroule et il y a encore neuf jours, mais je pense que tout se passera dans des meilleures conditions parce que ce n’est pas la première élection organisée dans le pays. Ce qui est vrai, nous avons constaté l’unanimité pour que le processus se déroule dans la paix avec la participation libre pour une élection apaisée », a déclaré, réaffirmant elle aussi le déploiement des missions diplomatiques pour l’observation de l’élection.

« Il s’agit d’une mission d’observation »

Le président de la CNEI a, quant à lui, rappelé que c’est à la demande de ces diplomates que cette rencontre a eu lieu. Ce qui a permis aux participants de passer en revue la préparation du scrutin et les dispositions légales qui s’appliquent dans le cadre des préparatifs des élections au Congo. « Les ambassadeurs accrédités au Congo, qui se déploient sur le terrain, c’est une mission d’observation. Donc, qu’ils soient venus de France, des Pays-Bas, de l’Allemagne ou de l’Amérique, où que l’on ait pris des ambassadeurs en poste à Brazzaville ou de l’autre côté du fleuve pour venir observer, il s’agit d’une mission d’observation », a laissé entendre Henri Bouka, qui a remis à chaque diplomate des dispositions légales (lois) en matière d’organisation des élections au Congo.

Parfait Wilfried Douniama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils