home Congo, Politique Présidentielle au Congo : Claudine Munari met en garde contre le vote des étrangers

Présidentielle au Congo : Claudine Munari met en garde contre le vote des étrangers

 Claudine Munari
Claudine Munari

Unique femme candidate à la présidentielle du 20 mars, Claudine Munari a sévèrement mis en garde le 8 mars contre le vote des étrangers. Sinon ce serait, a-t-elle affirmé, un vote volé.

Sous un chaud soleil et en présence des milliers de militants amassés au PK 0 Mfilou de Brazzaville, l’ancienne ministre de Commerce, passée depuis un bon moment à l’opposition, a appelé ses potentiels électeurs de Mfilou à veiller à ce que les étrangers ne votent pas le 20 mars. « Nous les aimons bien, nous sommes un pays panafricain, mais le vote est une question nationale, cela ne les concerne pas », a déclaré la candidate du Mouvement pour l’unité, la solidarité et le travail (MUST).

« Vous les connaissez, ils ont toujours été avec vous. Ce sont des Zaïrois ou les Rwandais. Parait-il que ce sont des commerçants, des vendeurs de riz ou de haricot, mais le jour du vote, veillez donc à ce qu’ils ne sortent pas de leurs maisons, parce que de toute façon ce sera une journée ville morte », a-t-elle martelé.

Ces dernières années, les opposants ont toujours accusé le pouvoir d’enrôler les étrangers dans le processus électoral. Selon l’opposition, ces étrangers bénéficient de carte nationale d’identité et peuvent facilement voter. Et l’opposition a toujours estimé ainsi que le vote du président Denis Sassou N’Guesso est favorisé par la participation des étrangers. Ce que bien sûr rejette le pouvoir, réclamant des preuves.

Il y a deux ans, les autorités ont organisé l’opération Mbata Ya Bakolo visant à refouler tous les étrangers vivant au Congo en situation irrégulière. Cette opération avait fortement touché les ressortissants de la République démocratique du Congo (RDC) qui ont été expulsés en masse. Quant aux Rwandais, nombreux vivent encore au Congo, après avoir boudé l’appel au retour lancé par leurs autorités. Un grand nombre parmi eux s’est d’ailleurs fondu dans la masse vivant comme des Congolais dans les quartiers populaires.

Claudine Munari dans son message aux militants de Mfilou a demandé que les femmes la soutiennent à cette élection. Congolais est pays de plus de 4 millions d’habitants dont 52% des femmes. La candidate a déjà été élue trois fois, en 1992, en 2007 et en 2012, comme député de Mouyondzi, ville où elle a aussi été maire. Elle croit comprendre les problèmes des jeunes, notamment le chômage pour lequel elle promet d’apporter les solutions idoines. Dans son projet de société axé sur « 12 chantiers », Claudine Munari envisage de financer les projets des jeunes afin de favoriser l’emploi privé. « Je sais que vous êtes intelligents et que chacun de vous a un projet qu’il garde chez lui. Dès que nous sommes élus, on demandera aux banques de vous trouver des crédits », a-t-elle promis.

Cette ancienne directrice de cabinet du président Pascal Lissouba (1992-1997), Claudine Munari qui a commencé sa scolarité à Ouesso dans la Sangha (Nord) se dit triste face aux conditions d’apprentissage des enfants dans les salles de classe. Il manque de tables-bancs et les effectifs sont pléthoriques, au-delà de 150 élèves par instituteur. « Nous voulons que des tables-chaises remplacent ces bancs incommodes. Mais ce sont des jeunes Congolais qui les fabriqueront, ce qui donnera de l’emploi.

©Severinnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils