Présidentielle au Congo: 35.000 personnes mobilisées pour surveiller les votes

Présidentielle au Congo: 35.000 personnes mobilisées pour surveiller les votes

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) du Congo, Henri Bouka

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) du Congo, Henri Bouka

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) du Congo, Henri Bouka a annoncé mercredi le déploiement dès jeudi de 137 commissaires ainsi que 35.000 membres des bureaux pour la supervision du scrutin présidentiel prévu le 20 mars.

Ces commissaires travailleront de concert avec les commissions locales chargées de faire la compilation des résultats après le vote afin de les transmettre dans les délais à la CNEI.

Henri Bouka a demandé aux commissaires de participer à la vulgarisation de l’utilisation des bulletins uniques de vote en phase expérimentale au Congo.

Mise en place par un décret présidentiel du 17 février, la neutralité de la CNEI a été mise en cause par les candidats de l’opposition qui l’accusent d’être « juge et partie ».

Ces partis de l’opposition ne comptent aucun membre dans cette commission composée, pour l’essentiel d’anciens membres de la Conel (la Commission nationale d’organisation des élections). Pour conforter l’indépendance de la CNEI, Henri Bouka a instruit les commissaires sur le respect des mécanismes électoraux, avant de demander au personnel électoral d’être loyal, d’abandonner leurs ardeurs militantes, d’être capable de neutralité et de privilégier l’intérêt de la nation.

« Il n’y a point de petite élection en matière politique. Il s’agit d’élire une femme, un homme qui présidera aux destinées du pays. C’est une mission de paix dont dépend le destin d’une nation », a-t-il souligné.

Par ailleurs, une mission internationale d’observation électorale du groupe « Agir Europe-Afrique » et celle de la Diaspora Africaine en Europe, qui séjournent déjà au Congo ont exhorté, mercredi, au cours d’un point de presse, les neuf candidats à l’élection présidentielle à des messages d’apaisement pour préserver la paix.

« Au-delà de leur désir d’exercer le pouvoir d’Etat, ils ont la responsabilité de préserver la stabilité, la paix sociale et d’œuvrer à l’unité et à la cohésion du peuple congolais », a déclaré Me Désiré Koudou, porte-parole de la mission internationale d’observation électorale du groupe Agir Europe-Afrique.


Tags assigned to this article:
CongoélectionsHenri BoukaPrésidentielle

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils