Pointe-Noire: l’ancien cimetière de Mongo Kamba transformé en champ de maïs

Une vue des plantations de maïs dans le cimetière ©Adiac

Situé dans le quatrième arrondissement Loandjili, l’ancien site d’inhumation de Pointe-Noire est à ce jour transformé par les riverains en un espace de maraîchage.

«De nos jours, il n’y a aucun respect pour nos chers parents et amis qui ont quitté cette terre. Ce qui est regrettable, c’est que cela se passe au su et au vu des autorités compétentes, c’est vraiment triste et inimaginable. En plus de ces cultures qui se développent dans l’enceinte de ce cimetière, les abords de ce site sont squattés par des étalages de petits commerces d’habits, d’alcool frelatés, de brochettes, etc. », s’est plaint Jean Manlanda Ngoma, habitant de Loandjili.

Pour sa part, Philippe Poaty pense que la population environnante agit de la sorte parce que ce cimetière manque une clôture solide. « Ce cimetière est aussi devenu, depuis quelques années, un lieu propice permettant aux inciviques de commettre quelques actes déplorables », s’est il indigné.

Ce phénomène pose avec acuité le sempiternel problème d’incivisme et d’antivaleurs décrié par des décideurs et responsables du pays en général et ceux de la ville en particulier. Le constat est que, si rien n’est fait, la population riveraine continuera à profaner ce cimetière qui est pourtant un lieu sacré.

Séverin Ibara

Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
cimetièremaïsMongo KambaPointe Noire

Related Articles

Congo : l’administration envisage le bulletin unique à la présidentielle de 2016

À l’occasion de la séance de travail que le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou a

L’importance du numérique au coeur d’un colloque à Brazzaville

La contribution du bon usage des réseaux sociaux à la diversification de l’économie congolaise a fait l’objet, le 7 juillet,

Ambassade du Congo en France: qui a dérobé un million € en cash à la chancellerie ?

L’ambassade du Congo-Brazzaville à Paris recherche activement cette coquette somme mystérieusement volatilisée. Les diplomates de l’ambassade du Congo-B à Paris

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils