Pénurie d’essence, Brazzaville tourne au ralenti

 

La guerre du Carburant dans la ville de Brazzaville

Image d’archive|©DR

Une panique s’est emparée des automobilistes de Brazzaville qui ont constaté, un peu avant le début du week-end écoulé, une pénurie d’essence dans de nombreuses stations-service. L’affolement s’est exacerbé avec la généralisation de cette disette à travers toute la ville capitale. Et, les rares stations signalées pour disposer encore du carburant ont été prises d’assaut, aussi bien par les automobilistes que par des personnes qui y arrivaient avec des bidons. A titre d’exemple, une file d’attente interminable a été observée hier devant la station-service proche du parc zoologique. Depuis un bon bout de temps, c’est l’image qu’affichent toutes les stations-service ou presque de la capitale congolaise. Leurs cuves s’assèchent fréquemment au grand regret des consommateurs.

En attendant la communication officielle du gouvernement pour édifier l’opinion, le constat est là : la pénurie a largement gagné du terrain, matérialisée par de longues files d’attente dans les stations-service qui du reste sont transformées en stations de gardiennage pour automobiles.

Une pénurie d’essence, c’est avant tout la paralysie de la circulation. Combien de voitures avait-on vu garées le long des voies de circulation, faute de carburant ? Délaissant leurs véhicules, les congolais, armés de leurs bidons ou jerricans, faisaient de l’auto-stop pour envahir les rares stations-services où ils pouvaient encore trouver quelques gouttes du précieux liquide.

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), invoque les troubles dans le département du Pool (sud) et l’arrêt du trafic ferroviaire pour justifier ces pénuries. Celui-ci est désormais transporté par des camions citernes qui n’arrivent pas à satisfaire la demande.

 

En attendant, les Brazzavillois souffrent et les contrebandiers sourient.

Si le pire n’est plus à craindre, les déterminismes de cette situation qui confirme l’adage selon lequel «le cordonnier est toujours le plus mal chaussé» sont aussi divers que les sources auprès desquelles une explication a été recherchée. Le quatrième producteur de pétrole du continent africain se serait retrouvé dans cette pénurie du produit pétrolier essentiel du fait de l’arrêt du trafic ferroviaire dans le département du Pool.

De ce faisceau d’explications presque concordantes se dégage un fait : la pénurie d’essence notée à Brazzaville est la conséquence directe de la crise du Pool. Ce qui amène à penser à débloquer très vite la crise née de l’attaque présumée sur Brazzaville le 4 avril dernier, attaque attribuée par les autorités au pasteur révérend Ntoumi, toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt.

Si rien n’est fait d’ici peu pour arrêter cette crise dans le Pool, les congolais ne pourront plus se déplacer. Le gouvernement et le pasteur Ntoumi doivent reprendre les négociations pour libérer l’économie. Le pays est bloqué.

Germaine Mapanga
Avec Lesechos

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
BrazzavilleCongoPénurie d’essence

Related Articles

Congo: des blessés lors des heurts entre élèves et policiers

Les épreuves du baccalauréat blanc programmées le 3 mai dans l’après-midi n’ont plus eu lieu au Lycée de la Révolution,

Congo : Un mari cocu surprend sa femme dans une chambre d’hôtel avec un pasteur à Pointe-Noire

La pire des situations possibles s’est réalisée pour un mari cocu et dont les cornes frottent déjà contre le plafond,

Congo Brazzaville : La convention de la CODEHA Interdite

La convention de la CODEHA (Convention des démocrates humanistes africains) a été interdite par le Prefet de Brazzaville. Les autorités

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils