home International, RD Congo Moïse Katumbi officiellement investi candidat à la présidentielle en RDC

Moïse Katumbi officiellement investi candidat à la présidentielle en RDC

l'ancien gouverneur  du Katanga, Moïse Katumbi, lors d'une interview, le 2 juin 2015 à Lubumbashi, en RDC|AFP
l’ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, lors d’une interview, le 2 juin 2015 à Lubumbashi, en RDC|AFP

Sans surprise, les opposants du G7 ont désigné mercredi 30 mars le millionnaire et ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, candidat à la présidence de la République démocratique du Congo (RDC). La coalition, qui rassemble plusieurs partis ayant quitté la majorité présidentielle pour protester contre le « glissement » du calendrier électoral, tenait son premier congrès à Kinshasa. L’intéressé, lui, n’a pas encore relever le gant.

 
S’il entretient toujours savamment le flou sur ses intentions, Moïse Katumbi a multiplié les piques contre le pouvoir depuis septembre 2015 et sa démission du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), la formation du président Joseph Kabila. « L’Etat de droit est sérieusement bafoué en RDC », confiait-il encore au Monde Afrique en février, réclamant comme à chacune de ses interventions le respect de la Constitution.
 
De concert avec le reste de l’opposition, Moïse Katumbi reproche au chef de l’Etat de vouloir se maintenir à la tête du pays alors que son mandat expire en décembre 2016 et que la loi fondamentale lui interdit de se représenter.
 
Grand amateur de football – il dirige le Tout puissant Mazembé, principal club congolais –, l’ex-homme d’affaires avait pris ses distances avec Joseph Kabila en filant la métaphore sportive. Le peuple congolais, lançait-il en décembre 2014, a déjà accepté deux pénaltys « douteux » et il n’en laissera pas passé un troisième. Une réference aux scrutins de 2006 et 2011 emportés par l’homme fort de Kinshasa.
 
Lemonde
TAGS:

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils