Mais réussira-t-on à rétablir la confiance au sein de la classe politique congolaise?

Mais réussira-t-on à rétablir la confiance au sein de la classe politique congolaise?

Les députés congolais

Les députés congolais, ce mardi 22 décembre, au palais des congrès, à Brazzaville

Si le ministre de l’intérieur et de la décentralisation a invité les partis politiques à prendre part à la séance de travail qu’il a présidée, lundi 7 décembre dernier, sur la réforme de la loi électorale, la délégation du Frocad-I.d.c, les deux plateformes de ce qu’il se veut être appelée, désormais, «l’opposition réelle», conduite par Clément Mierassa, n’était pas la bienvenue. On lui reproche de ne pas faire partie du «consensus de Sibiti». Et selon les tenants de la majorité présidentielle, il n’y aura plus d’autre dialogue. «En considération de ce qui précède, la délégation de l’opposition s’est vue dans l’obligation de se retirer de la salle», dit un communiqué de presse publié par l’opposition, le 9 décembre, sur cet incident. Bref, maintenant que l’opposition appelée «radicale» a décidé d’intégrer le dialogue, la majorité refuse de la recevoir. A cette allure, la prochaine élection présidentielle pourra-t-elle être apaisée?


Tags assigned to this article:
Clément MiérassaFrocadIDCpolitique congolaise

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils