Les Présidents Sassou et Idriss Déby incinèrent 5 tonnes d’ivoire à Brazzaville

Les Présidents Sassou et Idriss Déby incinèrent 5 tonnes d’ivoire à Brazzaville

 

Les Présidents Sassou et Idriss Déby incinèrent 5 tonnes d’ivoire à Brazzaville

Les Présidents Sassou et Idriss Déby incinèrent 5 tonnes d’ivoire à Brazzaville

Le président congolais Denis Sassou N’Guesso et son homologue tchadien Idriss Deby Itno ont procédé mercredi à Brazzaville à l’incinération de cinq tonnes d’ivoires saisies chez des braconniers, a-t-on constaté sur place.

L’incinération a eu lieu à l’esplanade du Palais des congrès, en présence des ministres en charge de l’environnement des pays de l’Afrique centrale et des représentants des organisations non gouvernementales (ONG) internationales de conservation de l’ environnement.

« Nous avons là liquidé tout notre stock d’ivoire auprès des fraudeurs, parce que c’est un produit sale, et nous traçons une ligne de démarcation, une césure avec un triste passé. A partir de maintenant nous serons encore plus dur avec les braconniers », a déclaré à la presse le ministre congolais de l’Economie forestière, Henri Djombo.

« Par rapport à d’autres pays, le braconnage est un phénomène mineur au Congo. Grâce à notre politique de conservation, le cheptel des éléphants a augmenté, passant de 10.000 têtes dans les années 1980 à plus de 40.000 éléphants aujourd’hui », a-t-il souligné.

Pour la présidente de l’ONG « SOS éléphants », Stéphanie Voergniault, « c’est symbolique, cela veut dire que l’ivoire ne doit plus circuler. C’est un message adressé aussi aux consommateurs et aux trafiquants d’ivoire ».

L’incinération des pointes d’ivoire a eu lieu à l’occasion de la conférence internationale sur l’exploitation illégale et le commerce illicite des produits de la faune et de la flore sauvages d’Afrique, tenue à Brazzaville, sur le thème « Sécuriser la biodiversité d’Afrique pour la durabilité et la paix mondiale ».

S’adressant aux participants, le président congolais Sassou N’ Guesso a indiqué que le problème du braconnage reste préoccupant  sur le continent africain, où le nombre des éléphants est tombé de plus d’un million dans les années 1980 à 450.000 aujourd’hui.

« C’est la responsabilité de la communauté internationale de sortir l’homme de sa mentalité prédatrice, de l’amener à comprendre qu’il ne doit arracher aucun végétal, si ce n’est par nécessité essentiel, ni éliminer aucun animal, si ce n’est par besoin vital », a-t-il déclaré.

>>> À lire aussi : Sassou N’Guesso pour des sanctions exemplaires contre les braconniers

(Xinhua)


Tags assigned to this article:
Brazzaville

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils