Les femmes rwandaises à la tête de la révolution numérique (Un Feature de la BAD)

Paul Kagame

©DR

Quand elle était petite fille, Jeanne Yamfashije voulait devenir médecin. Son but était de rendre ses parents fiers et de servir son peuple.

Cette informaticienne de 29 ans n’est pas devenue médecin, mais elle a certainement réalisé ses autres souhaits.

Depuis cinq ans, Yamfashije travaille avec un projet qui promeut les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques (STEM) chez les filles au Rwanda.

Le groupe, appelé Filles dans les TIC au Rwanda, offre des mentorats, des camps d’entraînement et un concours pour encourager l’innovation parmi les élèves. L’organisation touche 500 filles chaque année.

« Je sers mon peuple en m’assurant que les femmes atteignent leurs objectifs, en particulier dans le domaine des technologies de l’information », a-t-elle déclaré. Mon message aux jeunes femmes est le suivant : « Croyez toujours en vous-même, travaillez dur et intelligemment pour réaliser ce que vous voulez et partez chercher de l’aide. Sortez de votre zone de confort…. Devenez des femmes avec une vision et des objectifs« .

Yamfashije est diplômée de l’Université Carnegie Mellon au Rwanda, une branche locale de l’institution américaine à vocation technologique. L’université, qui est cofinancée par la Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement rwandais, vise à former la prochaine génération de leaders technologiques en Afrique et les encourage à mettre en pratique leurs compétences très recherchées là où elles sont le plus nécessaires : au pays.

Depuis l’ouverture de l’université en 2011, 90% de ses étudiants sont restés en Afrique.

Sylvia Makario a trouvé le chemin de Carnegie Mellon après avoir entendu parler de l’école alors qu’elle terminait le prestigieux Mandela Washington Fellowship aux Etats-unis, en 2015.

« J’ai été attirée par l’Université Carnegie Mellon en Afrique, en particulier en raison de l’atmosphère panafricaine qui y règne, qui vous permet d’interagir avec différents points de vue provenant de différents coins de la région et d’apprendre à collaborer pour trouver des solutions aux questions transversales du continent, a-t-elle déclaré.

Makario, qui est kényane, a co-fondé Hepta Analytics, société de données basée à Kigali, en 2017, avec d’autres diplômés du Carnegie Mellon et du Massachusetts Institute of Technology.

Hepta Analytics est une société équilibrée entre hommes et femmes, avec 50% d’hommes et 50% de femmes. Elle veut faire partie de la révolution numérique en Afrique, en utilisant les données pour aider les organisations à atteindre leur plein potentiel. L’une des plus grandes réalisations de Hepta a été un produit qu’elle a conçu pour la Samburu Girls Foundation afin d’aider les femmes touchées par la mutilation génitale. Le système RecReporter relie les appelants aux travailleurs sociaux au moyen d’un numéro sans frais et enregistre les messages ainsi que la localisation de l’appelant pour faciliter le suivi dans un certain rayon.

De telles entreprises ont trouvé un terrain fertile au Rwanda, qui s’est doté d’un ministère des TIC et de l’innovation afin de se positionner comme un centre de connaissances dans cette partie du monde.

Le pays d’Afrique de l’Est est également devenu un chef de file mondial dans la promotion de l’égalité des sexes, qui est inscrite dans la législation.

En novembre 2019, le Rwanda accueillera le Sommet mondial sur le genre, un événement biennal organisé par les banques multilatérales de développement, dont la Banque africaine de développement.

Makario attend avec impatience les opportunités offertes au Rwanda et ailleurs sur le continent, comme la Zone continentale africaine de libre-échange, qui envisage un continent sans frontières qui augmenterait le commerce entre ses 55 Etats.

« Mon but ultime est de voir les entreprises du continent africain utiliser divers outils pour prendre des décisions de qualité, basées sur des données et non sur des suppositions. Nous travaillons jour et nuit pour aider un plus grand nombre d’organisations à atteindre cet objectif « , a déclaré M. Makario.

Avec PANA

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.



Related Articles

Libéria : un seul admis au Baccalauréat

Un seul candidat libérien a été admis au baccalauréat 2016 des pays anglophones d’Afrique de l’Ouest sur un total de

Gambie: Pour Jammeh, les Occidentaux sont des «voleurs» et des «gangsters»

Le Président gambien a accusé les occidentaux d’être des «gangsters» et des «voleurs armés» en Afrique. C’était lors de la

Accusés d’agressions sexuel, Sassou décide de retirer les troupes congolaises de Centrafrique

Environ 600 Casques bleus congolais déployés en Centrafrique vont être rapatriés après des accusations d’abus sexuels et de manquements, a

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils