home Brazzaville, Congo Le siège du Centre de documentation pour les médias détruit à Brazzaville

Le siège du Centre de documentation pour les médias détruit à Brazzaville

Le siège du Centre de documentation pour les médias détruit à Brazzaville
Le siège du Centre de documentation pour les médias détruit à Brazzaville

Créé par décret présidentiel n°98-392, du 9 novembre 1998, pour organiser, gérer et mettre à la disposition des professionnels de la communication, des étudiants et des chercheurs, l’information, les manuels et autres matériels relatifs aux médias, le C.d.m (Centre de documentation pour les médias) a été chassé, manu militari, de son siège situé au croisement entre l’avenue Foch et l’avenue Mgr Augouard, au centre-ville de Brazzaville.

Son bâtiment a été détruit, sans autre forme de procès, vendredi 6 février 2015, sous les ordres d’un huissier de justice, accompagné d’une dizaine de gendarmes du 3ème groupement de gendarmerie mobile, armés de kalachnikovs, agissant au nom de Mme Antoinette Andzouana, qui en réclame la propriété foncière. La destruction du bâtiment s’est déroulée sous le regard impuissant de Sylver Dieudonné Sandy Ibambo, journaliste et directeur général du C.d.m.

Selon l’huissier de justice, par note n°535/Mafdp-cab, du 25 juillet 2014, le directeur de cabinet du Ministère des affaires foncières et de la préservation du domaine public aurait informé son homologue, le directeur de cabinet du Ministère de la communication de ce que la parcelle de terrain où se trouvait le C.d.m est une propriété de Mme Antoinette Andzouana, en rapport avec le titre foncier n°19309 du 25 novembre 2009. Mais, qui avait vendu ce terrain? Voilà le point d’interrogation.
D’autres sources indiquent qu’une affaire judiciaire oppose Mme Antoinette Andzouana au C.d.m. A l’audience du 28 octobre 2014, au Tribunal de grande instance de Brazzaville, sous les auspices de Didier Narcisse Iwandza, président de ce tribunal, en l’absence de la direction du C.d.m, qui dit n’avoir jamais été convoquée par le tribunal, le juge aurait reconnu Mme Antoinette Andzouana comme seule propriétaire du terrain où se trouve le C.d.m. Munie de ce jugement, qui n’a jamais été présenté à la direction générale du C.d.m, elle a requis les services d’un huissier de justice pour exécuter le jugement.

Sylver Sandy Ibambo a réagi, en ces termes: «C’est juste ce matin que nous avons été informés, par un huissier, qu’il y aurait eu un procès à notre insu, qui a donné gagnante une dame qui serait, selon ce procès-là,  propriétaire légitime de ce terrain, alors que, récemment, à l’occasion des vœux au Ministère de la communication, notre directeur de cabinet, dans une déclaration solennelle, reconnaissait que le C.d.m était bel et bien un patrimoine de l’Etat». Pour lui, «l’Etat ne devrait pas nous affecter, pour travailler ici, si ce terrain appartenait à quelqu’un». Bien plus, «quand cette dame dit qu’elle est propriétaire de cette parcelle, depuis 1988, peu avant la conférence nationale, ici était bel et bien, la direction de la R.t.c (Radio-télévision congolaise). Comment pouvait-elle être propriétaire de cet établissement en 1988, alors qu’ici était implantée la direction générale de la R.t.c?», s’est-il interrogé, avant d’ajouter avec regret: «Ce sont là des choses que nous aurions voulu expliquer au tribunal, mais jamais le Tribunal de grande instance de Brazzaville ne nous a convoqués».

Dans la même perspective, un passant ébahi par le spectacle s’est exclamé: «Hélas! Impitoyablement, les gendarmes commis à cette mission hostile au développement humain ont déployé leur zèle, sans mesurer la gravité de leur acte, à mettre dans la rue, en plein air: meubles de bureaux, documents et archives qui permettaient aux professionnels de l’information, aux étudiants et aux chercheurs, d’étoffer leurs travaux». Ce qui est étonnant, c’est le manque de réaction du Ministère de la communication. Le bâtiment qui abritait le C.d.m a été littéralement rasé par un engin B.t.p, le vendredi 6 février 2015. Le domaine foncier de l’ex-R.t.c est convoité, depuis des années. Des villas ont poussé aux alentours. Mais, cette histoire s’arrêtera-t-elle là?

LASEMAINEAFRICAINE

TAGS:
Photo du profil de Berja Bonazebi

Berja Bonazebi

Responsable des publications pour IciBrazza.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils