Le président soudanais, Omar el-Béchir, quitte Johannesburg pour Khartoum

Le président soudanais, Omar el-Béchir, quitte Johannesburg pour Khartoum

Le président soudanais Omar el-Béchir

Le président soudanais Omar el-Béchir

Oumar el Bechir n’attendra pas la décision du tribunal sud-africain qui statue sur son cas en rapport avec les mandats d’arrêt lancés par la CPI.

Il s’apprête à quitter l’Afrique du Sud.

Un reporter de la BBC sur place rapporte que l’équipage de son avion a reçu l’autorisation de décoller et son jet privé pourrait quitter l’Afrique du Sud à n’importe quelle heure.

La sécurité est renforcée à la base aérienne de Waterkloof à Prétoria.

Un académicien sud-africain a également affirmé qu’il ne s’attend pas à ce que le président soudanais soit livré à la Cour Pénale Internationale par son pays.

« Je ne vois pas le gouvernement l’arrêter”, a affirmé Shadrack Gutto, directeur du Centre Africain d’études sur la Renaissance africaine à l’Université d’Afrique du Sud, au journal Business Day.

Un membre de la délégation présidentielle soudanaise a déclaré à l’AFP que Béchir est toujours à Johannesburg et qu’il partira lundi.

Deux mandats d’arrêt ont été lancés par la CPI contre Omar el-Béchir, en 2009 et 2010, en relation avec le Darfour, région de l’ouest du Soudan en proie aux violences depuis 2003. Selon les estimations de l’ONU, plus de 300.000 personnes sont mortes dans ce conflit.

M. Gutto a indiqué que l’affaire va aller en appel et, le temps que la cour statue, Oumar El Bechir aura quitté le territoire sud-africain.

Un tribunal sud-africain qui siégeait dimanche à la demande d’une ONG, lui a interdit de quitter le pays au moins jusqu’à ce que la justice se soit prononcée sur la demande d’arrestation envoyée par la CPI. Une audience était prévue en fin de matinée à Pretoria.

C’est la première fois que la justice d’un pays africain tente d’empêcher un chef d’Etat en exercice de quitter son territoire en réponse à une demande de la CPI.

Par BBC


Tags assigned to this article:
BéchirCPI

6 comments

Write a comment
  1. Mamadou konaré
    Mamadou konaré 15 juin, 2015, 12:09

    la cpi est un organe de répression au service des USA et l’UE dirigée par des fils et filles de pute.

    Reply this comment
  2. NTOULOULOU
    NTOULOULOU 15 juin, 2015, 14:28

    je désir être tenu en information pour tous nouveaux articles qui apparaîtront

    Reply this comment
  3. Dogo
    Dogo 15 juin, 2015, 16:01

    Qu’ils aillent se faire voir.Traduisez d’abord Sarkozy et Bush.

    Reply this comment
  4. loukmanou
    loukmanou 16 juin, 2015, 12:42

    pourquoi. la cpi
    sible seulemnt des africaine
    la crime de george bush de sarkozis en libye des israelienne sur de palestienn

    Reply this comment
  5. Robleh
    Robleh 16 juin, 2015, 13:33

    L’Afrique du sud n’est jamais été un pays africains et que l’apartheid règne toujours, mais contrairement ils sont le meilleur lorsqu’il s’agit du xénophobe.

    Reply this comment

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils