Le Président Robert Mugabe déclare devant l’ONU: «nous ne sommes pas gays!»

by Oeil D'Afrique | 29 septembre 2015 17 05 54 09549

Robert Mugabe lors de son discours à l'ONU, lundi 28 septembre 2015|AFP[1]

Robert Mugabe lors de son discours à l’ONU, lundi 28 septembre 2015|AFP

Lundi soir, à la tribune de la 70ème Assemblée générale de l’ONU, le président zimbabwéen Robert Mugabe a démarré en douceur, mais, très vite, il a repris ses bonnes vieilles habitudes.

« Nous ne sommes pas gays », le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, a déclaré à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, lundi. « Nous rejetons les tentatives de prescrire de nouveaux droits qui sont contraires à nos valeurs, les normes, les traditions et les croyances», at-il dit. Le commentaire a attiré halètements et des rires parmi les délégués.

Toutefois, Mugabe – qui a dirigé l’Union nationale militante Zimbabwe Afircan contre la règle blanche minoritaire en Rhodésie les années 1960 et 1970 a également attiré les applaudissements du public après avoir réitéré « indéfectible » soutien de son pays envers le peuple palestinien ainsi que sa condamnation de « déstabilisation «politiques de puissances extérieures dans le Moyen-Orient.

Discutant de la tragédie en cours en Méditerranée, la « situation tragique aurait pu être évité par le respect de l’indépendance des autres pays et la non-ingérence dans les affaires intérieures« , le leader zimbabwéen 91-year-old ajouté.

Un discours qui a permis au président Zibabwé, président en exercice de l’Union Africaine de dénoncer l’attitude américaine et britannique, devenu les premiers opposants du pouvoir Mugabe. 

« Honte, honte, honte pour les Etats-Unis d’Amérique. Honte, honte, honte à la Grande-Bretagne et ses alliés. Le Zimbabwe est pour les Zimbabwéens ainsi que ses ressources. Veuillez retirer vos sanctions illégales et sale de mon pays paisible. » déclare Robert Mugabe.

Puis de rajouter, « Notre petit et paisible pays est menacée quotidiennement par les grandes puissances avides et sectaire dont la faim pour la domination et le contrôle des autres nations et de leurs ressources ne connaît pas de limites.« 

En terme de liberté et de démocratie, le président Mugabe refuse l’ingérence des occidentaux. « Il semble que lorsque les Etats-Unis et ses alliés parlent de démocratie et de liberté qu’ils le font seulement en termes relatifs« , a déclaré Mugabe.

« Le Zimbabwe, toutefois, refuse d’accepter que ces détracteurs occidentaux ont le droit de définir la démocratie et de la liberté pour nous.« 

« Nous avons payé le prix ultime pour cela et nous sommes déterminés à ne jamais renoncer à notre souveraineté et à rester maître de notre destin. Zimbabwe ne sera plus jamais une colonie.»

© OEIL D’AFRIQUE

——————————————————————————————————————-

« Il y a ce président américain, Obama, né d’un père africain, qui dit qu’il ne nous aidera pas si nous n’embrassons pas l’homosexualité, avait ainsi déclaré Mugabe en 2013. Et là, nous demandons : est-il né de l’homosexualité ? Nous avons besoin de continuité dans notre race, et cela vient de la femme, et non pas de l’homosexualité. John et John, non; Maria et Maria, non.« 

Partager :

Endnotes:
  1. [Image]: http://icibrazza.com/wp-content/uploads/2015/09/2bdfb48c5fa7d2344b71ef45c8a7d31c-1443533681.jpg
  2. Tweet: https://twitter.com/share

Source URL: http://icibrazza.com/le-president-robert-mugabe-declare-devant-lonu-nous-ne-sommes-pas-gays/