Le Nigeria attend de connaître son prochain président, le candidat de l’opposition plébiscité dans le nord

Le Nigeria attend de connaître son prochain président, le candidat de l’opposition plébiscité dans le nord
Muhammadu Buhari

Muhammadu Buhari

Le candidat de l’opposition nigériane, Muhammadu Buhari, a été largement plébiscité dans le nord, sa région d’origine, selon les premiers résultats partiels de la présidentielle la plus serrée de l’histoire du Nigeria, qui l’oppose au président sortant, Goodluck Jonathan.

Selon les premiers résultats officiels dans 15 des 36 Etats nigérians et dans la capitale fédérale, annoncés par des délégués de la Commission électorale indépendante (Inec), l’ancien général Buhari, 72 ans, est pour l’instant donné vainqueur dans 10 Etats, le président Jonathan, 57 ans, remportant le scrutin dans cinq autres et dans la capitale fédérale.

M. Buhari a notamment devancé M. Jonathan de 1,7 million de voix dans l’Etat de Kano, le plus peuplé du nord musulman, qui a été la cible de nombreux attentats du groupe islamiste Booko Haram.

Mais s’il bénéficie pour l’instant d’une avance de 3,5 millions de suffrages exprimés, M. Jonathan pourrait le rattraper en marquant à son tour des points dans ses fiefs du sud chrétien, dans un pays aux fractures religieuses et ethniques très marquées.

Des violences ont commencé à éclater dès dimanche, dans l’Etat pétrolier de Rivers (sud), où le Congrès progressiste (APC) de M. Buhari accuse l’Inec et le Parti démocratique populaire (PDP) de M. Jonathan de fraudes électorales.

Suite à une manifestation de plusieurs milliers de personnes dimanche, 2.000 militantes de l’APC, réunies lundi matin devant l’Inec à Port-Harcourt, la capitale de Rivers, pour réclamer la tenue de nouvelles élections, ont été dispersées à coup de gaz lacrymogène.

Les marches de protestations se sont poursuivies tout au long de la journée de lundi, jusqu’à l’instauration d’un couvre-feu pour la nuit.

Le président de l’Inec, Attahiru Jega a promis qu’il examinerait toutes les plaintes, poursuivant son objectif de mener à son terme un scrutin libre, juste et crédible, dans le calme.

– Inquiétudes de Washington et Londres –

Des violences sont redoutées à l’annonce des résultats, comme lors de la présidentielle de 2011 où près d’un millier de personnes avaient été tuées.

A Kaduna, grande ville du centre du Nigeria submergée par les violences entre chrétiens et musulmans en 2011, les gens ont peur, confie une commerçante, Elizabeth Anthony. A l’époque, plusieurs centaines de chrétiens avaient été tués après que le candidat musulman, l’ex-général Muhammadu Buhari, avait été déclaré perdant face au chrétien Goodluck Jonathan.

Si le président Jonathan est déclaré vainqueur, et non le général Buhari (…) je peux vous dire que Kaduna va s’embraser, a prévenu lundi Awwal Abdullahi Aliyu, le président de l’Union pour l’unité du peuple du Nord et la réconciliation.

Washington et Londres ont fait part de leur inquiétude au sujet de possibles interférences politiques dans le décompte des voix au niveau régional.

En marge des négociations sur le programme nucléaire iranien à Lausanne, le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le secrétaire au Foreign Office britannique Philip Hammond ont estimé qu’il n’y a pas eu pour le moment de manipulation systématique du processus électoral, mais ont fait état d’indications inquiétantes que le processus de rassemblement des votes – pour être comptés – peut être sujet à des interférences politiques délibérées.

Ces craintes sont sans fondement et il n’y aucune preuve d’interférence politique, a rétorqué très rapidement la Commission électorale indépendante nigériane (Inec).

Le porte-parole de campagne de M. Jonathan, Femi Fani-Kayode, a qualifié ces propos de balivernes absolues et demandé à MM. Kerry et Hammond d’apporter les preuves de ce qu’ils avancent.

Il n’y a aucune indication (d’interférence) au quartier-général (de l’Inec). Mais à un niveau régional dans les centres de dépouillement, a précisé de son côté la secrétaire d’Etat adjointe américaine pour l’Afrique, Linda Thomas-Greenfield.

Au Nigeria, le vainqueur doit obtenir, outre la majorité des suffrages exprimés, au moins 25% des voix dans les deux tiers des 36 Etats de la fédération auxquels s’ajoute le territoire de la capitale fédérale, Abuja.

Face aux risques de violences postélectorales, l’Union africaine (UA) a appelé à recourir aux moyens légaux existants au cas où il y aurait contestation des résultats de ces élections, qui ont, selon elle, respecté les principes continentaux des élections démocratiques.

Le Nigeria, première économie du continent, qui compte 69 millions d’électeurs inscrits sur 173 millions d’habitants, a voté ce week-end pour élire, outre le président, les 109 sénateurs et les 360 députés du pays que compte le Parlement.

Pour la première fois, les électeurs étaient identifiés par des lecteurs d’empreintes digitales, censés prévenir les fraudes des scrutins précédents. Les Nigérians se sont mobilisés massivement pour voter samedi. Mais 348 bureaux, sur 150.000, ont dû rouvrir dimanche à cause de problèmes de machines biométriques ou d’acheminement du matériel électoral, selon l’Inec.

Pour l’UA, les processus d’accréditation (identification biométrique des électeurs), de vote et de comptage (des bulletins) ont généralement été transparents.

Un satisfecit également exprimé par l’ONG nigériane Transition Monitoring Group (TMG), ainsi que par l’Institut démocratique national (NDI), basé à Washington.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, qui avait menacé de perturber le scrutin, n’est pas parvenu à empêcher les élections, malgré quelques attaques isolées dans le nord-est. Le groupe islamiste semble affaibli par l’offensive militaire régionale lancée contre lui depuis février, avec l’appui du Tchad notamment.

Par l’AFP


Tags assigned to this article:
Nigeria

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils