Le FMI ne pourra pas couvrir tous les besoins de financement du Congo

congo Le président Sassou Nguesso

Le président Sassou Nguesso

 

Un peu près de 1500 milliards de FCFA, c’est le montant annuel dont aura besoin le Congo pour tenir jusqu’à la probable reprise économique, à l’horizon 2023-2025. Ce n’est donc pas le crédit d’appui budgétaire- 200 milliards de FCFA environ – prévu par le FMI, qui réglera les difficultés de financement de l’économie congolaise.

L’épineuse question du taux d’endettement du Congo établi à 117% fait l’objet d’une sérieuse investigation par les services du FMI. D’autant que son évaluation par les fins limiers du Fonds devrait permettre à Brazzaville de soigner sa signature auprès des marchés financiers internationaux.

Par contre, sa dégradation sera vécue comme la « catastrophe ferroviaire de Mvoungouti de 1991″. Une période qui a donné des crises d’urticaire au régime Sassou 1. Où le Congo trouvera t-il autant d’argent pour assurer ses charges incompressibles, au cas où le marché financier international se montrait peu sympathique à son égard ?  » Il faudrait renforcer le système fiscalo douanier congolais pour qu’il contribue efficacement au développement du pays », suggère un expert proche du dossier des discussions en cours entre représentants de la mission du Fonds et les membres du comité technique chargé des négociations.

« À moins que Pyongyang et Washington décident de s’affronter sur le terrain militaire, pour que le marché du brut flambe à nouveau… », spécule un exégète de l’économie pétrolière, « Brazza la verte » pourrait redevenir la rouge tant la pression fiscale, le blocage des effets financiers des salariés de l’Etat…, seront vécus par les populations comme des moments bien difficiles.

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Related Articles

Denis Sassou N’Guesso: « Le sommet sino-africain devrait agrandir les perspectives de la coopération entre l’Afrique et la Chine”

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a salué récemment les relations bilatérales entre le Congo et la Chine et a

Congo-Brazzaville: pour l’UPADS, il ne faut pas changer la Constitution

La Constitution congolaise en vigueur depuis 2002 « n’est pas à changer ou à réviser du point de vue du

Congo : le nouvel ambassadeur des Etats-Unis s’engage à raffermir l’axe Brazzaville-Washington

Le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, s’est entretenu jeudi au Palais du peuple avec le nouvel ambassadeur des

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils