home Brazzaville, Congo Le FMI félicite le Congo pour les dispositions prises face à la baisse du prix du baril de pétrole

Le FMI félicite le Congo pour les dispositions prises face à la baisse du prix du baril de pétrole

Le siège du FMI à Washington
Le siège du FMI à Washington|AFP

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) est depuis quelques jours à Brazzaville. La cheffe de cette mission, Dalia Hakura, a salué jeudi dernier les mesures prises par la république du Congo pour faire face aux conséquences de la baisse du prix du baril de pétrole. Elle s’est exprimée au terme d’un entretien avec le ministre d’Etat, ministre de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration, Gilbert Ondongo.

L’entretient entre le ministre Gilbert Ondongo et la délégation du FMI a porté essentiellement sur l’exécution du budget et le fonctionnement global der l’Etat. Le FMI a été édifié sur la situation macroéconomique du Congo, laquelle est fragilisée par la chute du prix de baril de pétrole. En effet, devant la chute du prix du baril de pétrole, le gouvernement congolais a opté pour la réduction des dépenses non prioritaires. Le FMI a salué ces mesures.

La mission du FMI a été également édifiée sur les progrès macroéconomiques et budgétaires réalisés par le Congo au titre de l’année 2014 et les perspectives pour 2015 ; sur l’état d’avancement du projet de municipalisation accélérée ; sur le niveau d’avancement du Programme national de développement (PND) 2012-2016, précisément le dispositif de suivi et d’évaluation de ce programme, les progrès constatés dans son application, les difficultés éprouvées et les mesures proposées pour en assurer l’amélioration. Le ministre Ondongo a également expliqué à la délégation du FMI le processus de réalisation du projet d’augmentation des salaires des agents de l’Etat, ainsi que le programme ’’Lisungi’’ ; etc.

Selon M. Ondongo, nonobstant la conjoncture économique, le gouvernement s’active pour ajuster les dépenses publiques en réduisant bon nombre d’entre elles dans certains cas. «Pour soutenir les dépenses, nous avons décidé, par rapport aux instructions budgétaires, que 30% seulement devraient être disponibles pour les paiements. Si le ministère des finances avait 100 francs CFA à payer, à ce jour, nous sommes libres de ne payer que 30 francs CFA. Les 70% des crédits extraits au budget de l’Etat ont été gelés pour prévenir les équilibres macroéconomiques», a soutenu M. Ondongo.

Sur la hausse des salaires des fonctionnaires, il a fait comprendre qu’en dépit de la conjoncture économique actuelle, le processus d’augmentation des salaires des agents de l’Etat se poursuivra, parce qu’il s’agit d’un engagement que l’Etat a pris avec les partenaires sociaux.

«Nous n’envisageons pas une seule minute, compte tenu de la situation actuelle, unilatéralement d’arrêter le processus d’augmentation des salaires. Le gouvernement a donné sa parole aux partenaires sociaux. Il doit la respecter. S’il se révèle impossible, le gouvernement va convoquer les partenaires sociaux sur une même table pour exposer le problème afin qu’ensemble, nous trouvions une autre solution (…) Nous garderons les salaires intacts parce que nous voulons contribuer au pouvoir d’achat des ménages et à la croissance économique», a précisé Gilbert Ondongo.

En général, la mission du FMI s’est dite satisfaite devant la situation macroéconomique du Congo. «Nous avons compris que le gouvernement congolais a commencé à prendre des mesures qui s’imposent pour ajuster les dépenses, en tenant compte du fait que le prix du baril de pétrole a beaucoup chuté», a déclaré Dalia Hakura.

© Congo-site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils