home Brazzaville Le Congo et l’Angola examinent les questions de frontière terrestre et fluviale

Le Congo et l’Angola examinent les questions de frontière terrestre et fluviale

Sassou N'guesso et José Eduardo dos Santos
Image d’archive|Sassou N’guesso et José Eduardo dos Santos

La deuxième réunion de la frontière terrestre et fluviale entre la République du Congo et la République d’Angola se tient depuis le 27 mai 2015 à Pointe-Noire, la deuxième ville du Congo. Au cours de cette réunion, les participants feront le point des documents juridiques pertinents en matière de frontière à échanger. Parmi ces documents figurent les conventions ou traités liés aux frontières, les cartes, les procès verbaux et les rapports.

La réunion regroupe des experts des deux délégations. La délégation congolaise est conduite par le préfet directeur général des Collectivités locales au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, Charles Nganfouomo ; tandis que celle de l’Angola est conduite par le Commissaire-chef (général) Antonio Pedro Kandela, commissaire national de la Police des gardes frontière.

Chaque délégation comprend précisément des experts des forces armées et de la police, des cartographes, des diplomates, des juristes et des autorités locales administrant les zones frontalières.

Des sources sûres indiquent qu’alors que les travaux se poursuivent encore, les experts se sont déjà accordés sur certains textes de référence en la matière, notamment : la Convention relative à la délimitation des possessions française et portugaise dans l’Afrique Occidentale, signée le 12 mai 1886 à Paris (France) ; l’arrangement en vue d’interpréter l’article 3 de la Convention du 12 mai 1886 relative à la délimitation des possessions française et portugaise dans l’Afrique Occidentale, signée le 23 janvier 1901 à Paris ; les cartes annexes à l’arrangement du 23 janvier 1901 à l’échelle 1/500.000e.

Ils se sont également accordés sur les notes de rectification de la démarcation de la frontière des 16 et 20 juillet 1903 ; les procès verbaux de la Commission de délimitation luso-francaise séance du 19 août 1901 ; plusieurs autres documents comme les croquis de repérage des bornes, les minutes d’itinéraires, etc.

Au total, la frontière Congo-Angola comprend quinze (15) bornes principales et vingt-deux (22) bornes intermédiaires qui partent de la borne A (Pointe Chamba) sur le fleuve Massabi non loin de l’océan Atlantique, à la borne J située sur la rive du fleuve Tchiloango, dans le district de Londela-Kayes.

Après la vérification de la frontière terrestre et fluviale, les experts passeront à la vérification de la frontière maritime, au cours des réunions ultérieures. Les experts se rendront à la frontière de Nzassi pour une visite des bornes A et B, ainsi que des bornes intermédiaires.

La commission technique mixte d’expert en matière de frontière entre les deux pays comprend deux sous-commissions : la première sur la frontière terrestre et fluviale, la deuxième sur la frontière maritime.

© Congo-site

One thought on “Le Congo et l’Angola examinent les questions de frontière terrestre et fluviale

  1. Étant proprietaire foncier du village Tchitenzi je suis très réjouis de cette initiative tous mes remerciements pour les deux présidents congolais et Angolais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils