Le Congo chute au classement Doing business 2018, selon la Banque mondiale

L’échangeur de Talangaï

L’échangeur de Talangaï ©DR

Le Congo occupe le 179ème rang contre le 177ème cette année et le 176ème l’année dernière, selon le rapport de la Banque mondiale, publié le 31 octobre 2017.

Quatre pays du continent ont enregistré des scores honorables en matière de facilitation des affaires, notamment le Rwanda (41e), le Kenya (80e), le Botswana (81e) et l’Afrique du Sud (82e). L’Ouganda est en 122e position devant la Tanzanie (137e), le Nigeria (145e), l’Ethiopie (161e), le Soudan (170e) et la République démocratique du Congo (182e).

L’une des économies les plus dynamiques du continent au cours de ces dernières années, la Côte d’Ivoire, occupe la 139e place. Le Cameroun (163e), le Gabon (167e) et la Guinée Equatoriale (173). Au bas du classement se trouvent les pays comme la Somalie (190e), l’Erythrée (189e), le Soudan du Sud (187e) et la République Centrafricaine (184e).

Selon le rapport, l’Afrique subsaharienne a enregistré des progrès dans la réalisation des réformes visant l’amélioration de l’environnement des affaires. L’Ile Maurice se distingue des autres pays de la région par la mise en place des réglementations commerciales portant, entre autres, sur l’obtention des permis de conduire et le paiement des taxes et impôts.

Certains pays de cette partie du continent figurent parmi les dix où l’accès au crédit est plus facile. C’est notamment le cas de la Zambie, classée au deuxième rang, juste après la Nouvelle Zélande ; le Rwanda (6e), le Malawi et le Nigeria (115e rang).

Le rapport stipule aussi que l’an dernier, quelque 83 réformes ont été introduites dans 36 des 48 pays de la région en vue de faciliter la pratique des affaires. Il souligne que l’Afrique subsaharienne affiche des performances « inédites » avec 31% de toutes les réformes mises en œuvre dans le monde en 2017.

Depuis le lancement du rapport Doing business en 2003, les pays d’Afrique subsaharienne ont introduit 798 réformes. Ceux ayant apporté plus de réformes en matière d’affaires sont le Rwanda (52 réformes), le Kenya (32) et Maurice (31).

Par ailleurs, le rapport relève des contreperformances dans la région en ce qui concerne le raccordement à l’électricité, le commerce transfrontalier et le transfert de propriété. Il faudrait en moyenne quelque 115 jours pour obtenir un raccordement électrique permanent au réseau contre 92 jours en moyenne dans le reste du monde, déplore le même rapport.

Edwige KISSINGER

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Banque mondialeCongoDoing business 2018

Related Articles

La centrale électrique du Congo va produire 470 mégawatts en 2019 (Président Sassou)

Avec le lancement en 2019 de la troisième turbine de 170 mégawatts de la Centrale électrique du Congo, la capacité

Industrie : bientôt l’inauguration de Dangote Cement Congo

Située à Mfila, un village du district de Yamba dans le département de la Bouenza, la cimenterie Dangote sera officiellement

Le Congo et la Chine signent des accords dans plusieurs domaines

A l’occasion de la visite de travail du vice-ministre chinois du Commerce, Qian Keming, le Congo et la Chine ont

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils