home Congo L’ancien ministre Rodolphe Adada nommé ambassadeur du Congo Brazzaville en France

L’ancien ministre Rodolphe Adada nommé ambassadeur du Congo Brazzaville en France

C’est désormais officiel, le président de la République, Denis Sassou N’Guesso a nommé, par un récent décret, l’ancien ministre d’Etat Rodolphe Adada en qualité d’ambassadeur du Congo en France.

L’annonce a été faite ce 12 juillet à Brazzaville par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger. Jean Claude Gakosso qui animait une conférence de presse a indiqué que la proposition du Congo a déjà été entérinée par les autorités françaises.

Ancien ministre des Affaires étrangères du Congo de 1997 à 2007, Rodolphe Adada a servi comme représentant spécial de l’Union africaine (UA) et de l’Organisation des Nations Unies pour le Darfour et Chef de la Mission des Nations Unies et de l’UA dans cette région soudanaise du 5 juillet 2007 au 31 août 2009.

Devenu ensuite ministre d’Etat en charge des Transports et de l’aviation civile, ce docteur en mathématiques, âgé de 70 ans, a quitté le gouvernement le 30 avril dernier. L’annonce de sa nomination en qualité d’ambassadeur du Congo en France arrive quelques jours seulement après la nomination de Bertrand Cochery comme ambassadeur de France au Congo.

Thierry Noungou

2 thoughts on “L’ancien ministre Rodolphe Adada nommé ambassadeur du Congo Brazzaville en France

  1. Mois avons a l’oeil les autorités Françaises et Congolaises, je leurs prie tout simplement de méditer sur les récents événements aux États-Unis, Après l’impunité de certains policiers blancs sur les noirs, tout le monde a encore à l’esprit la réponse de la communauté noire Américaine, il ya eu d’abord des manifestations pacifiques, ensuite la réaction violente du sniper qui a tué 5 policiers blancs, La France pense t-elle que nous resterons les bras croisés, non la France se trompe, il y’aura de plus en plus des violences à l’instar du djihad Arabe, car les Congolais Sont ni les esclaves des Nguesso ni de la France, il est très facile de créer un courant ou une tendance, mais il est très très compliqué de contrôler ou maîtriser les conséquences, il me semble que la France est un pays en décadence qui ne se rend plus compte des méfaits de sa politique étrangère, elle a créé l’extrémisme de commun Accord avec les États-Unis et, elle est sur le point d’ouvrir un autre front en Afrique francophone, Boko Araham ne s’arrêta pas seulement au Cameroun, il s’étendra jusqu’à en Afrique du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils