Lancement des travaux d’interconnexion du Congo au Gabon à la fibre optique

Lancement des travaux d’interconnexion du Congo au Gabon à la fibre optique

Lancement des travaux d’interconnexion du Congo au Gabon à la fibre optique

Lancement des travaux d’interconnexion du Congo au Gabon à la fibre optique

Dix jours après la signature du contrat du marché pour la construction du réseau de fibre optique interconnectant le Congo et le Gabon, les ministres de tutelle des deux pays ont procédé, le 21 décembre à 7km de Mbinda (Niari), à la pose de la première pierre marquant le début des travaux.

Au poste frontalier neutre Gabon-Lekoko, Thierry Moungalla et son homologue Pastor Ngoua N’Neme ont fait le geste sur le socle apprêté à cet effet. Témoins de l’évènement : le représentant de la Banque mondiale, des autorités locales du Niari et du Gabon. Curieuse, la population de la localité est venue en grand nombre.

Le top étant donné, il revient maintenant à la société Huawei, du côté du Congo, de s’activer pour être sur le terrain et démarrer effectivement les travaux afin de respecter les delais d’exécution fixés à 16 mois. Quant à la société CCS (Chine communication services) qui a remporté le marché du côté gabonais, elle est déjà à pied d’œuvre, réalisant un dernier sondage afin de valider les quantités d’équipements à acheter. « Le lancement est symbolique mais les travaux vont démarrer incessamment. Ils ont 16 mois pour remettre leur ouvrage aux gouvernements respectifs », a signifié le ministre des Postes et télécommunication du Congo.

L’interconnexion en fibre optique du projet Central African Backbone (CAB) est un programme régional financé par la Banque mondiale. Un numéro identifie le pays en fonction de l’entrée en vigueur du projet, CAB 3 (Congo) et CAB 4 (Gabon). L’avantage de cette interconnexion est triple : des réseaux sous-marins qui vont être interconnectés. Tout le trafic mondial peut être secouru entre le Congo et le Gabon ; le trafic entre les deux pays ne sera plus géré à l’étranger et sera directement interconnecté et les coûts devront automatiquement baisser ; une meilleure qualité des services garantie aux opérateurs et particuliers. Du point de vue économique, avec cette infrastructure sera un plus pour les entreprises.

Le représentant de la BM, chargé du projet CAB, Jérôme Bézzina, s’est dit satisfait pour une première fois que l’on aboutisse à quelque chose de tangible. Cependant, il a relevé que des défis sont encore à relever. Outre ceux liés à la technique, il a cité la réglementation, les questions juridiques, industrielles et de commercialisation. 

Un jour avant la pose de la première pierre, les ministres de l’Économie numérique et de la poste du Gabon et le ministre des Postes et télécommunications du Congo ont installé les seize membres constituant le comité mixte paritaire Congo-Gabon devant veiller à l’interconnexion des réseaux de télécommunications en fibre optique CAB3et CAB4. Une décision contenue dans le mémorandum d’entente (MOU) signé à Brazzaville le 5 février 2014. Autour d’une réunion, la commission a édifié l’assistance sur les deux projets et les enjeux liés à la réglementation et la régulation, à la propriété des réseaux ainsi qu’à ceux portant sur leur gestion et sécurité. Ces  principales thématiques occuperont le comité mixte paritaire au cours des réunions périodiques qui se tiendront au Congo et au Gabon. La prochaine étant prévue au Gabon.

© Adiac-congo


No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils