La société HUAWEI va interconnecter le Congo au Gabon par fibre optique

La société HUAWEI va interconnecter le Congo au Gabon par fibre optique
 le représentant de Huawei international Zhang Cheng Miao et le coordonnateur du central african Backbone composante Congo, Luc Missimdi Bazi

le représentant de Huawei international Zhang Cheng Miao et le coordonnateur du central african Backbone composante Congo, Luc Missimdi

La société Huawei a été choisie pour les travaux de construction du réseau de télécommunication en fibre optique pour l’interconnexion entre les deux pays susmentionnés. D’un montant de 12 141 702 048 FCFA, les travaux dureront seize mois. 

Le représentant de Huawei International, Zhang Cheng Miao, a cosigné le 12 décembre à Brazzaville avec le coordonnateur du CAB CIT CG (central African backbone composante Congo, Luc Missidimbazi, le contrat officiel.

Les sceaux ouvrent la voie à la construction de l’infrastructure fibre optique qui sera lancée conjointement entre les deux pays dans dix jours. Les documents ont été paraphés en présence du ministre des Postes et Télécommunication du Congo, du représentant par intérim de la Banque mondiale et de l’ambassadeur du Gabon au Congo.

L’entreprise Huawei technologie a été retenue sur la base des termes de référence et également de son expérience avérée sur le plan mondial pour le déploiement du réseau à haut débit. Elle aide le Congo à la réalisation et l’accomplissement du projet de couverture nationale et de communication qui est aujourd’hui implémenté par le ministère à l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux Grands travaux.

Le ministre Thierry Mongalla a souhaité qu’à partir du lancement des travaux dans quelques jours, les équipes de la Délégation générale aux grands travaux participent activement à la mise en harmonie du réseau relevant de la couverture nationale et de celui qui sera en cours d’exécution du projet CAB.

Le réseau en fibre optique monomode sera construit sur les emprises du Chemin de fer Congo océan. Il est de type G655 de 550 km de long. Il partira de la station terminale marine Matoumbi, jusqu’à Binda en passant par Pointe-Noire, Dolisie, Makabana, Mosendjo.

« Nous souhaitons vivement que l’exécution de cet ouvrage soit faite dans les temps, et de qualité irréprochable », a défini Luc Missidimbazi.

Compte tenu de l’importance du projet pour le Congo, l’unité de coordination du projet CAB a prévu se faire assister par un cabinet expérimenté pour garantir le respect des engagements contractuels.

Bientôt une interconnexion à haut débit 

Il y aura une interconnexion haut débit entre la République du Congo et celle du Gabon. Le haut débit est un levier majeur pour la compétitivité des entreprises et pour l’attractivité du pays en matière d’investissements directs. Il est surtout un facteur essentiel d’aménagement du territoire et de développement de nouveaux services innovants, tant pour les entreprises que pour les acteurs publics et les citoyens.

C’est à ce titre, que la Banque mondiale (BM) félicite le gouvernement congolais pour toutes les initiatives entreprises en vue de faire du Congo un pays émergent à l’horizon 2025. L’institution internationale l’a relevé du fait que le Congo a mis le développement des infrastructures numériques au centre de sa politique prouvant sa volonté d’accélérer la diversification économique avec le haut débit.

« Dans cette nouvelle économie, beaucoup plus globale, les technologies, l’information et le savoir, remplacent le capital et l’énergie en tant que facteurs-clés, dans la production et la création de la richesse », a décrypté le représentant résident par intérim de la BM, Clément Tukeba.

Ainsi, la BM soutient la stratégie numérique du Congo à travers le projet CAB. Ce dernier vise à accroître la couverture géographique des réseaux à bande passante de grande capacité et de diminuer les coûts des services de communication sur le territoire de la République du Congo.

« Toutes ces infrastructures numériques seront exploitées, maintenues et commercialisées dans le cadre d’un partenariat public/privé (…) il convient de prendre dès à présent les dispositions nécessaires, pour que le recrutement du gestionnaire de ce partenariat puisse se faire dans les plus brefs délais », a spécifié le représentant résident par intérim de la BM.

Prenant la parole au bond, après avoir supervisé la signature du contrat entre le CAB et Huawei, le ministre des Postes et Télécommunication, Thierry Lézin Moungalla, a rappelé que ce volet (interconnexion en fibre optique Congo-Gabon) concerne entre autres activités du projet CAB. Il reste à parfaire les interconnexions avec les autres pays de la sous-région.Il a invité le CAB à redoubler d’imagination, car le volet construction physique est simplement une des composantes du projet. « Nous attendons avec impatience d’autres volets (…) . La possibilité que nous ayons un accompagnateur avec le concours de la BM, dans le cadre d’un partenariat public-privé de la désignation des opérateurs qui vont nous accompagner dans la mise en place de la société de patrimoine national. Celle-ci va être l’élément pivot permettant la bonne gestion, optimale et conforme aux standards internationaux de l’infrastructure que nous comptons à déployer », a-t-il conclu

© Adiac-congo


Tags assigned to this article:
CongoGabonHUAWEI

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils