La crise financière et les négociations avec le FMI ont marqué l’économie congolaise en 2018

Des francs CFA

Des francs CFA. © RFI/Paulina Zid

La crise économique qui gangrène le Congo depuis la chute des prix des produits pétroliers, principale ressource économique du pays, et les revendications sociales qui ont conduit aux négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) en vue d’une aide pour sortir de cette situation, sont les faits saillants de l’économie congolaise durant l’année 2018.

L’économie congolaise qui repose sur le secteur pétrolier est dans une crise latente depuis l’abaissement des produits pétroliers sur le marché international, à partir de 2014. Cette situation a placé l’économie congolaise sous le poids d’une dette estimée, selon le FMI, à un peu plus de 5329 milliards de FCFA, soit 110% du produit intérieur brut (PIB) ou plus (120%).

La crise économique a eu pour conséquence la baisse des recettes publiques et des ressources budgétaires, avec comme effets collatéraux : l’accumulation de plusieurs retards de salaires dans les entreprises paraétatiques, des arriérés de pensions des retraités et de bourses des étudiants.

De même, elle a occasionné l’arrêt de plusieurs chantiers, le licenciement d’employés dans plusieurs entreprises privées, créant ainsi une situation économique morose dans le pays.

Entamées depuis 2017, les négociations du gouvernement avec le FMI qui devaient redonner un nouveau souffle à l’économie congolaise, n’ont pas

encore abouti sur un programme bien défini, malgré plusieurs missions (au moins trois en 2018) effectuées au Congo par les experts de l’institution de Bretton Woods pour évaluer les conditions d’éligibilité du pays.

Le FMI, qui trouve insoutenable la dette du Congo envers la Chine et les traders, estimée respectivement à 34,15% et 29,90%, exige du Congo

des négociations avec ces derniers afin de la rendre plus soutenable pour pouvoir adhérer à son programme. En revanche, le gouvernement congolais a entrepris des reformes pour assainir sa gouvernance financière.

Mais malgré la santé économique fragile du Congo, l’année 2019 augure de lendemains meilleurs d’après les statistiques du Comité monétaire national, qui table sur un taux de croissance qui pourrait atteindre 1,9%, loin des moins deux pour cent (-2%) enregistrés en 2017.

Avec APA

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
Congocrise financièreéconomieFMIRétrospective

Related Articles

Brazzaville – Université Marien Ngouabi : les travailleurs en grève depuis le 14 décembre

Une seule revendication justifie cette énième grève des agents évoluant à l’unique établissement public d’enseignement supérieur du Congo : le non-paiement

Congo : La session criminelle ouverte jeudi sans les grands dossiers attendus par les Congolais

La session criminelle s’est ouverte jeudi à Brazzaville pour deux mois, sans que les grands dossiers attendus par les Congolais,

Congo – Fespam 2017 : deux milliards francs CFA pour organiser la 11ème édition du FESPAM

C’est ce qui ressort du communiqué final de la 16è session ordinaire du comité de direction du Festival panafricain de

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils