« Je n’ai pas de carte nationale d’identité et je n’ai pas envie de me faire interpeller par l’opération Mbata ya bakolo»

« Je n’ai pas de carte nationale d’identité et je n’ai pas envie de me faire interpeller par l’opération Mbata ya bakolo»

l’opération de police « Mbata ya bakolo » à Pointe-Noire

L’opération de police « Mbata ya bakolo » à Pointe-Noire|©Facebook

Ce fait vient d’être constaté après le lancement officiel, le 14 mai, de l’opération de police « Mbata ya bakolo » à Pointe-Noire, destinée à interpeller les immigrés en situation irrégulière et à lutter contre la criminalité. 

« Je n’irai pas au marché aujourd’hui, si tu peux faire les emplettes à ma place, je n’ai pas de carte nationale d’identité et je n’ai pas envie de me faire interpeller par l’opération Mbata ya bakolo », disait une mère à sa fille.

Avoir sa carte nationale d’identité est un devoir civique, c’est la pièce par excellence qui permet à un individu de prouver sa nationalité. En effet, après avoir atteint la majorité, tout citoyen a le devoir de se faire établir une carte nationale d’identité et, conformément aux dispositions du décret no 2009-57 du 13 mars 2009, son établissement est gratuit.

Interrogés sur cette question, certains ponténegrins ont évoqué plusieurs raisons qui font que bon nombre d’entre eux, n’aient pas cette pièce. D’ailleurs disent-ils, l’obtention de la carte nationale d’identité était dite graduite par les autorités du pays. Malheureusement sur le terrain la réalité est bien différente  «  nous continuons de payer la somme de 2500 francs CFA voire plus pour en avoir une sans oublier les va-et-viens. Aujourd’hui, cela va faire huit mois que j’attends une carte nationale d’identité. Les agents de police m’ont remis un récépissé, mais je n’ai toujours pas ma carte », se plaingnent les demandeurs de carte nationale d’identité.

Inauguré le 22 décembre 2010, le nouveau centre de production des cartes nationales d’identité informatisées sécurisées et biométrique de Brazzaville a une capacité de 800 à 1500 cartes par heure. Ce nouveau module répond aux difficultés constatées dans le premier module.

Il faut dire que, l’obtention de la carte nationale d’identité demeure l’un des problèmes que rencontrent les Congolais en générale et les ponténegrins en particulier.

© Adiac-Congo


Tags assigned to this article:
Mbata ya Bakolo

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils