Italie : Le nouveau gouvernement italien veut chasser les migrants

La police italienne évacue un migrant à Vintimille, à la frontière franco-italienne, le 16 juin 2015 |AFP

Il n’aura pas fallu attendre très longtemps pour voir à l’oeuvre les idées du nouveau gouvernement italien. Son vice-premier ministre en charge de l’Intérieur, Matteo Salvini (chef de la Ligue – extrême droite), a lancé, samedi 2 juin 2018 à Vicenza lors d’un meeting, « le bon temps pour les clandestins est fini : préparez-vous à faire les valises. » Le lendemain, à Pozzalo en Sicile, il récidivait indiquant que « l’Italie et la Sicile ne peuvent être le camp de réfugiés de l’Europe. « 

Des appels relayés par Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles), promu lui au titre de vice-premier ministre en charge du développement économique, qui présente les ONG venant au secours des migrants au large de l’Italie comme des « taxis de la mer. « 

Matteo Salvini veut réduire l’enveloppe (4,2 mrds€ en 2017) consacrée au financement des centres d’accueil, à l’aide des secours en mer et à l’assistance sanitaire des demandeurs d’asile. Une partie de cette somme « récupérée » permettra, notamment, de créer de nouveaux centres de rétention et passer de nouveaux accords avec les pays d’origine pour rapatrier leurs compatriotes. « Je pense qu’il vaut mieux dépenser l’argent dans les pays d’origine. Maintenant, s’il y a des ONG qui veulent faire leur travail gratuitement, c’est bien », précise le vice-premier ministre. « Nous n’aurons pas une ligne dure, mais une ligne de bon sens », soutient-il cependant.

Quelque 170 000 migrants se trouvent dans des centres d’accueil en Italie. 6 500 ont été expulsés en 2017.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Italie a enregistré du 1er janvier 2018 au 28 mai 2018, 13 430 arrivées de migrants – soit près du tiers des arrivées totales en Méditerranée du Nord – dont 388 décédés en mer. 

Frédéric Dubessy 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
GouvernementItaliemigrants

Related Articles

Le président burkinabé, Roch Kaboré s’est entretenu au téléphone avec Blaise Compaoré en Côte d’Ivoire

Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, a mis à profit son séjour à Yamoussoukro, en marge du 5è Traité

Marine Le Pen : « Les migrants fuient la mort que nos dirigeants leur ont apportée »

« C’est un drame épouvantable ». C’est ainsi que Marine Le Pen qualifie la mort du petit Aylan, dont l’image a fait

Burundi: le pouvoir met en garde contre toute tentative de « soulèvement » après une grande manifestation

Le ministre burundais de l’Intérieur a mis en garde vendredi contre toute tentative de « soulèvement » dans le pays, au lendemain

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils