home International Italie : Il y avait bien un complot pour assassiner Cécile Kyenge !

Italie : Il y avait bien un complot pour assassiner Cécile Kyenge !

La première femme ministre italienne d’origine africaine, Cécile Kyenge Kashetu
La première femme ministre italienne d’origine africaine, Cécile Kyenge Kashetu

Des néo-fascistes arrêtés affirment qu’ils voulaient passer à l’acte au cours de ce Noël 2014.

Pendant deux ans, la police italienne a pisté, écouté les conversations et analysé les faits et gestes d’un groupuscule d’extrême-droite, le mouvement de l’Ordine Nuovo (ordre nouveau). Et lundi, les enquêteurs qui estiment avoir rassemblé suffisamment de preuves contre ce mouvement néo-fasciste, ont déclenché leur vaste coup de filet à Rome et dans plusieurs autres villes de l’intérieur. Le bilan est éloquent : quatorze arrestations; des caches d’armes potentiels découverts et des plans d’attaque saisis.

Le mouvement n’entendait rien faire de moins qu’un véritable carnage en cette fin d’année en Italie. Les attaques, simultanées, auraient visé les chemins de fer, le siège de l’organisme national de recouvrement des impôts, Equitalia ; des bureaux de postes; des commissariats de police… ! Mais il y avait aussi dans leur ligne de mire des institutions politiques et des leaders, hommes ou femmes politiques de renom, des magistrats, etc.

Parmi ceux-ci, ils avaient décidé de réserver un sort spécial à la première femme ministre italienne d’origine africaine, Cécile Kyenge Kashetu qui était l’an dernier ministre de l’Intégration dans le gouvernement dirigé par M. Enrico Letta. Originaire de République démocratique du Congo, « La Cécile » comme l’appellent les Italiens, avait déjà dû subir les attaques racistes des mouvements ou partis ayant même pignon sur rue, telle La Ligue du Nord, qui s’est déchaînée contre elle en la traitant de tous les noms.

Mais ce qu’Ordine Nuovo avait prévu de lui faire froid dans le dos. Les enquêteurs ont mis la main sur toute une littérature réservée uniquement à ce qui devait être fait à « cette négroïde impure, au nom de la défense de la pureté de la race ».  « L’égorger »,  « la violer » car « une race, ce n’est pas de l’air, c’est du sang : nous devons faire vite car le temps presse ». Les néo-fascistes déterminés avaient prévu de se débarrasser de tous les impurs, juifs et autres races non-aryennes qui sont autant « de parasites (qui) sont en train de nous dépeupler et de nous éliminer ».

La presse italienne rapporte le propos du responsable de l’enquête, Mario Parente, selon qui les informations recueillies ont été complétées par un policier qui avait infiltré ce groupe assez ancien mais peu actif ces dernières décennies. Ordine Nuovo fut créé en 1956 avec l’ambition de ressusciter le fascisme mort avec la pendaison du dictateur italien Benito Mussolini en avril 1945. Accusé de plusieurs attentats au début des années 1970, le mouvement a été dissous par le gouvernement en 1973.

© Adiac-Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils