Inondations catastrophiques au quartier «La Poudrière» à Brazzaville

Inondations catastrophiques au quartier «La Poudrière» à Brazzaville

Image d’archive|Les quartiers nord de Brazzaville suite aux inondations

Image d’archive|Les quartiers nord de Brazzaville suite aux inondations

La grosse pluie qui s’est abattue sur Brazzaville, l’après-midi du vendredi 11 décembre 2015, a provoqué d’énormes dégâts, au quartier «La Poudrière», situé à la lisière des arrondissements 7 Mfilou-Ngamaba et 4 Moungali.

Les crues incessantes du ruisseau Mfilou et, surtout, les eaux en provenance de l’aéroport international Maya-Maya, sont à l’origine du désarroi de plusieurs familles. Ces eaux en furie ont détruit une partie du mur de l’aéroport fait de panneaux en béton superposés les uns sur les autres. Les eaux ont envahi la route goudronnée de La Base, interrompant la circulation, pendant quelques heures, avant de se répandre sur les rues et habitations voisines.

Sur 500 mètres environ, la route de La Base était transformée en rivière infranchissable par les véhicules à petit châssis et les motos. Les rues, elles, étaient transformées en torrents impétueux. Le collecteur d’eau qui traverse le quartier et se jette dans la rivière Mfilou était également inondé. L’eau a envahi, ensuite, plusieurs domiciles et maisons.

Une grande partie du quartier était inondée. Plusieurs riverains du ruisseau Mfilou se sont juchés sur les toits ou les murs de leurs habitations, pour échapper au torrent, tandis que les ustensiles de cuisine et autres objets étaient entraînés par le courant des eaux. Les plus chanceux ont, néanmoins, vu leurs habitations entièrement inondées, sans qu’ils soient obligés de trouver refuge ailleurs.

Comme dans d’autres quartiers de la ville, notamment à Mikalou, Ngamakosso, etc., les pouvoirs publics ont, vraiment, du pain sur la planche, avec ce phénomène d’érosion, d’inondation et d’ensablement. Le problème des canalisations et des collecteurs d’eau de pluies se pose avec acuité, en même temps que ressurgit la question de l’occupation anarchique des terrains, surtout à la périphérie de Brazzaville. En tout cas, c’est toute la question de l’urbanisation qui se pose dans la ville-capitale.


Tags assigned to this article:
Brazzavilleinondations

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils