Industrie : bientôt l’inauguration de Dangote Cement Congo

La cimenterie Dangote, au sud du Congo

Située à Mfila, un village du district de Yamba dans le département de la Bouenza, la cimenterie Dangote sera officiellement mise en service dans les tout prochains jours. Elle dispose d’une capacité de production installée de 1 500 000 tonnes par an.

Le projet d’un coût estimé à plus de 139 milliards de francs CFA devrait permettre, dans sa phase opérationnelle, de créer quelque 650 emplois directs et plusieurs autres indirects au profit des jeunes congolais. Depuis plusieurs mois, la production de l’usine inonde le marché local.

Dangote Cement Congo est une filiale du groupe éponyme appartenant à Aliko Dangote, homme d’affaires nigérian. Ce dernier possède plusieurs cimenteries en Afrique, notamment au Cameroun, au Mozambique, au Sénégal, en Afrique du Sud, en Ethiopie et en Zambie.

La cimenterie de Yamba a connu un retard consécutif aux travaux de construction du pont sur la rivière Niari? au niveau de l’axe routier Bouansa-Mouyondzi. L’ancien pont, d’une capacité de 25 tonnes, ne pouvait pas accueillir des engins de grand tonnage. Il a fallu attendre l’érection du nouvel ouvrage afin de faciliter l’acheminement des matériaux sur le site du chantier.  

Avec cette usine, la plus importante en terme de capacité de production, le Congo pourra devenir l’un des exportateurs du ciment en Afrique centrale. A côté de celle-ci, se greffent d’autres dont les produits couvrent partiellement les besoins nationaux estimés à environ 2 millions de tonnes par an.

Il s’agit de la cimenterie de Hinda dans le Kouilou, inaugurée en 2016, dotée d’une production annuelle de 500 000 tonnes extensible à 1 000 000. Filiale de la société marocaine Ciment d’Afrique, elle représente un investissement de 35 milliards de francs CFA.

Il y a également l’usine Forspak (400 000 tonnes) à Dolisie, dans le Niari, et celle de la Société nouvelle des ciments du Congo à Loutété, dans la Bouenza, dont la production dépasserait actuellement 300 000 tonnes par an. Ces deux unités industrielles comptent plus de 550 employés congolais et chinois.

L’entrée en production de ces différentes usines a entraîné la baisse du prix du sac de ciment sur le marché national en général et à Brazzaville en particulier où il est passé de 13 000 francs CFA en 2012 à 4000 francs CFA en 2017.

Par ailleurs, une autre usine Diamond Cement, basée dans le Pool, sera mise en service dans les prochains mois. Elle viendra ainsi conforter la volonté des autorités congolaises de doter le pays de plusieurs industries de ciment et de réduire le coût des matériaux de construction.

Notons qu’entre 2004 et 2016, le gouvernement congolais a développé un vaste programme de construction des infrastructures de base qui a nécessité l’importation des quantités importantes de ciment.     

Christian Brice Elion
Adiac-Congo

Adiac-Congo

L’Agence d’information d’Afrique Centrale


Tags assigned to this article:
Bouenzacimenterie DangoteDangote Cement Congo

Related Articles

Corniche Sud de Brazzaville : le coût des expropriations passe de 11 à 5,6 milliards FCFA

Estimées au départ à quelque 11 milliards de francs CFA, les expropriations prévues dans le cadre du projet de construction

Congo – La SIAT a payé 14 milliards d’impôts à l’Etat congolais en 2015

La Société  Industrielle et Agricole de Tabac Tropical (SIAT) a contribué énormément au relèvement de l’assiette fiscale nationale, à hauteur

Congo : les passagers du train Océan déplorent les mauvaises conditions de voyage

Les lamentations sont des passagers du train voyageur Océan qui est parti de Brazzaville la nuit du 14 décembre pour

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils