Gambie: Pour Jammeh, les Occidentaux sont des «voleurs» et des «gangsters»

Gambie: Pour Jammeh, les Occidentaux sont des «voleurs» et des «gangsters»

Le président gambien Yahya Jammeh

Le président gambien Yahya Jammeh

Le Président gambien a accusé les occidentaux d’être des «gangsters» et des «voleurs armés» en Afrique. C’était lors de la clôture de sa tournée nationale qu’il a entamée mi-mai dernier.

C’est la énième fois que le Président gambien s’attaque à l’Occident. Lors de son meeting de Tanji qui marque, cette semaine, la fin de sa tournée nationale, il a lancé ses diatribes contre la communauté internationale. Et ce sont les Occidentaux qui sont visés, notamment les Britanniques qui, selon M. Jammeh, ont colonisé la Gambie pendant 400 ans sans pouvoir développer le pays. «Après avoir pillé l’Afrique, les Occidentaux, qui sont des voleurs armés et des gangsters, reviennent maintenant pour nous parler de démocratie», lance Yahya Jammeh.

Le président gambien a ajouté que 99% des Gambiens sont des personnes décentes et éprises de paix, et que 1 % de la population ne peut pas déstabiliser le pays. «Je demande donc à l’Occident de s’éloigner de la Gambie», dit-il. Avant de poursuivre : «Si vous pensez que les Africains dorment, les Gambiens, eux, ne dorment pas». Yahya Jammeh a mis en garde «les ennemis» de la Gambie. Il reste convaincu que «ses ennemis ont tout essayé pour déstabiliser le pays, mais continuent à échouer». L’homme fort de Banjul a souligné que la Gambie est une nation souveraine et ne saurait se soumettre à tous les pouvoirs, «sans la volonté de Dieu».

Il a estimé que toute personne qui tente de se dresser contre l’Islam et Dieu en Gambie sera condamnée. «Nous ne pouvons pas être asservis à deux reprises. L’Islam est la soumission totale à la volonté d’Allah. Dieu nous jugera selon nos actions. Si vous êtes musulman ou chrétien, vous ne pouvez pas être un tribaliste parce que le tribalisme est haram dans l’Islam», a-t-il dit.

Mi-mai, le président Jammeh avait mis en garde à Farafenni, première étape de sa tournée nationale, les Gambiens «financés par l’Occident » pour semer les troubles dans leur pays. «Ils devront faire face aux conséquences», leur avait-il indiqué. Avant de préciser qu’il préfère mourir au pouvoir que de voir les Gambiens souffrir.

Depuis avril dernier, la Gambie reste secouée par des manifestations politiques.

Porté au pouvoir en 1994 par un coup d’Etat militaire, M. Jammeh a été élu pour la première fois en 1996 puis réélu trois fois (en 2001, en 2006 et en 2011 avec 72 % des voix). Il est candidat à l’élection présidentielle de décembre 2016.

  


Tags assigned to this article:
GambieYahya Jammeh

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils