Gambie: Le président décrète l’interdiction de l’excision

Gambie: Le président décrète l’interdiction de l’excision

Le président gambien Yahya Jammeh

Le président gambien Yahya Jammeh

Le président gambien, Yahya Jammeh, a annoncé lundi soir que l’excision était désormais interdite dans le pays. Une décision qui vise à la « protection des fillettes ». Le chef de l’Etat a argué que cette pratique, répandue en Gambie, n’était pas motivée par des raisons religieuses.

L’information a été rapportée par le ministre Sherrif Bojang qui a écrit sur sa page Facebook, dans la nuit de lundi à mardi, le message suivant:
Le président Jammeh a déclaré il y a quelques minutes que la mutilation sexuelle féminine (FGM en anglais, excision, NDLR) était interdite avec effet immédiat
« Le président a fait cette déclaration la nuit dernière (lundi) lors d’un rassemblement à Kanilai », sa localité natale, sous les applaudissements des femmes de l’assistance, a précisé mardi le ministre, interrogé par l’AFP.

Cette décision vise à « la protection des fillettes », a assuré Sherrif Bojang, soulignant que le chef de l’Etat l’avait motivée par l’absence de justification religieuse de cette pratique dans l’islam.

Le président Yahya Jammeh a prévenu les parents et les autorités locales qui ne respecteraient pas cette interdiction qu’ils subiraient des sanctions. Selon les commentateurs, les peines devraient être alignées sur celles prévues par la loi en cas de coups et blessures volontaires.

Selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), la Gambie est l’un des dix pays, tous africains, où l’excision est le plus pratiquée, touchant environ trois quarts de la population féminine.

Par l’AFP


Tags assigned to this article:
excisionGambieinterdiction

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils