home International France – « Charlie Hebdo » : L’Afrique à la « marche républicaine »

France – « Charlie Hebdo » : L’Afrique à la « marche républicaine »

L'Afrique à la "marche républicaine"| Ph Oeildafrique.com
L’Afrique à la « marche républicaine »| Ph Oeildafrique.com

Pour le côté officiel de la « marche républicaine », étaient présents étaient présents aux côtés de François Hollande le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, celui du Sénégal, Macky Sall, le Nigérien Mahamadou Issoufou, Ali Bongo Ondimba du Gabon, Faure Gnassingbé du Togo et Boni Yayi du Bénin.

Il y avait plus d’un million de manifestants à Paris, dimanche, selon les autorités françaises.

« Nous sommes venus réaffirmer les valeurs républicaines d’égalité, de liberté et de fraternité, mais surtout pour lutter contre le fanatisme. Nous sommes tous choqués, effarés et indignés par ce qui s’est passé », a dit un manifestant à l’envoyée spéciale à Paris de BBC Afrique.

Elle fait allusion au motif de la manifestation : le meurtre de 17 personnes en France, la semaine dernière, par des extrémistes musulmans.

« Ça suffit »

Douze des 17 victimes ont été tuées au siège du journal satirique Charlie Hebdo, à Paris. Parmi elles se trouvent les célèbres dessinateurs du journal, Charb (le directeur de publication), Cabu, Wolinski et Tignous.

« Nous sommes venus soutenir ‘l’opération Charlie’. Nous ne pouvons pas céder à la voyoucratie », a réagi un autre manifestant de nationalité congolaise. « En République démocratique du Congo, il se passe pire que ce qui s’est passé ici en France », a-t-il tenu à souligner.

« Ici en France, 17 personnes sont mortes et les gens ont protesté. Au Kivu, en République démocratique du Congo, il y a des milliers de morts », a souligné un autre Congolais.

Un camerounais rencontré dans la foule à Paris dit pourquoi il a tenu à participer à la « marche républicaine » : « Nous sommes venus manifester contre la barbarie. La barbarie, ça suffit. »

Ce manifestant a déploré la présence dans son pays des combattants du groupe islamiste nigérian Boko Haram. « En Afrique aussi, nous avons Boko Haram », a-t-il ajouté.

Des manifestations de soutien aux victimes des attaques meurtrières à Paris et de dénonciation du terrorisme ont eu lieu ce dimanche dans plusieurs capitales africaines : Abidjan (Côte d’Ivoire), Bujumbura (Burundi), Conakry (Guinée), Le Caire (Egypte), etc.

« Le dernier mot »

A Bujumbura, le rassemblement tenu devant l’ambassade de France par les professionnels des médias a vu la participation de 200 personnes, voire 300.

« Cette manifestation, c’est un refus de la violence », a expliqué Alexandre Niyungeko, le président de l’Union burundaise des journalistes.

En Guinée, une « marche silencieuse » a eu lieu en présence de plusieurs centaines de personnes, qui ont dénoncé « les attaques contre la presse ».

En plus des médias, la société civile et le gouvernement étaient représentés, selon la correspondante de BBC Afrique en Guinée. « Je suis Charlie », s’est écriée Monique Curtis, reprenant le slogan lancé par des milliers de manifestants dans le monde.

« Nous partageons les mêmes valeurs et refusons tous l’accablement. Les terroristes n’auront pas le dernier mot », a commenté l’ambassadeur de France en Guinée, Bertrand Cochery, qui a participé à la manifestation.

A Conakry, la manifestation s’est terminée par la signature – par les manifestants – d’un registre de condoléances ouvert par l’ambassade de France.

Par BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils