home International Etats-Unis: un étudiant expulsé d’un avion parce qu’il parlait arabe

Etats-Unis: un étudiant expulsé d’un avion parce qu’il parlait arabe

Etats-Unis: un étudiant expulsé d'un avion parce qu'il parlait arabe
Etats-Unis: un étudiant expulsé d’un avion parce qu’il parlait arabe

« Il semble que ce soit la nouvelle norme pour les musulmans qui prennent l’avion », regrette le Comité de relations américano-islamiques (CAIR), après plusieurs incidents de ce type. Un Irakien de 26 ans, étudiant à l’université de Berkeley (Californie), a été expulsé d’un vol intérieur américain de la compagnie Southwest Airlines car il avait parlé au téléphone en arabe avant le décollage, rapportent plusieurs médias.

Khairuldeen Makhzoomi était très excité, le 6 avril, après avoir assisté à une conférence où il a pu poser une question à Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU. « J’ai appelé mon oncle à Bagdad pour le lui dire », raconte-t-il au New York Times. En raccrochant, après avoir conclu la conversation par « Inch Allah », il s’aperçoit que la passagère assise devant lui sur ce vol qui doit relier Los Angeles à Oakland s’est retournée et le regarde fixement, puis quitte son siège.

« Il me parlait comme à un animal »

« Je me suis dit : « Pourvu qu’elle ne soit pas allée me dénoncer », car son comportement était vraiment bizarre », se souvient-il. Effectivement, un employé parlant arabe s’avance vers lui et l’invite à le suivre hors de l’avion. « Il n’était pas très aimable. Dans la passerelle d’embarquement, il m’a demandé à qui je parlais au téléphone et pourquoi je parlais arabe. » « Il me parlait comme à un animal », raconte l’étudiant au New York Times.

Khairuldeen Makhzoomi ajoute ensuite avoir été fouillé en public, sous la surveillance de plusieurs policiers, puis conduit dans une pièce à part où il a été interrogé par trois agents du FBI. L’un d’entre eux lui explique alors qu’une passagère de l’avion l’aurait entendu parler de « martyrs » en arabe. « Je n’ai jamais prononcé ce mot, j’ai juste dit « Inch Allah », répond-il.

Huit heures de retard

Les agents le laissent finalement repartir. Après s’être fait rembourser son billet, il a finalement pu embarquer sur un vol d’une autre compagnie et gagner Oakland, avec huit heures de retard. La compagnie Southwest Airlines, contactée par le New York Times, déclare « regretter l’expérience négative vécue par un passager » et assure ne pas « prôner ou tolérer » la discrimination.

Khairuldeen Makhzoomi, qui n’a pas l’intention de porter plainte, dit cependant attendre des excuses de la part de la compagnie. « Tous les peuples ont une chose en commun : leur dignité, déclare-t-il. Si quelqu’un essaie de nous la retirer, on ne devrait pas se défendre par l’agression, mais par le savoir et l’éducation. »

©20minutes

TAGS:
Photo du profil de Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils