home International Ennuis judiciaires de Koffi Olomide : quand le vol d’une serviette dans l’avion finit par un règlement de comptes politiques

Ennuis judiciaires de Koffi Olomide : quand le vol d’une serviette dans l’avion finit par un règlement de comptes politiques

Les ennuis judiciaires de Koffi Olomide sont au-delà de la bastonnade d’une femme dans un aéroport. L’affaire a des soubassement politiques.

Lorsque le KQ 550 de Kenya Airways, en provenance de Nairobi, atterrit sur l’aéroport international de N’jili à Kinshasa, après une escale de 45 mn à l’aéroport international Maya Maya à Brazzaville, Koffi Olomide, la super star congolaise de la rumba, esquisse un sourire. Le grand Mopao, comme l’appellent ses nombreux fans, prend place, une fois les formalités de police et de douanes expédiées, dans la salle Vip. Où il boit une boisson gazeuse. Ses danseuses et musiciens, assis dans la grande salle d’embarquement, devisent sur les « kinoiseries ». Koffi, reconnaissable par son look de barbe poivre sel, lunettes sombres à la Marvin, se précipite pour occuper son siège en business class. Tandis que le reste de sa délégation s’installe en classe éco. Pendant les 3 heures de vol entre Kinshasa et Nairobi, la star congolaise s’en dort, avant de retrouver ses esprits dès que le Boeing 737 de Kenya Airways amorce sa descente sur l’international Jomo Kenyata airport of Nairobi.

Pendant le vol, une des danseuses de Koffi a eu la vilaine idée de dérober une couverture de Kenya Airways. Ce qui aurait fortement choqué Koffi, surtout lorsqu’il surprend Cindy, sa nouvelle perle, et la danseuse incriminée, en train de s’invectiver. Le grand Mopao pique un soleil. Et use de sa force physique pour tenter de lui administrer une correction à l’africaine. Pardon, à la bantoue. C’est le début de sa descente aux enfers! Zacharie Bababaswe, alias « Le Mollah Omar », député et proche du président Joseph Kabila, saisit la balle au bond pour régler ses comptes à Koffi Olomide. Pour la petite histoire, les deux hommes se détestent comme un ange et un démon.

Même si Koffi Olomide parvenait à se défaire des griffes de la justice de son pays, en bénéficiant d’une grâce présidentielle dans les jours à venir, l’histoire retiendra que c’est un ancien journaliste culturel, spécialiste du show-biz qui a mis le grand Mopao sous clé.

TAGS:
Photo du profil de Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.

5 thoughts on “Ennuis judiciaires de Koffi Olomide : quand le vol d’une serviette dans l’avion finit par un règlement de comptes politiques

  1. Tentative de vol de couverture ou pas, hypothèse par ailleurs incohérente pour justifier un comportement barbare, rétrograde et sado-masochiste refoulé, il est tout simplement inadmissible qu’une star de surcroît patron de son groupe musical agisse impunément sous les yeux des éléments de Police du pays hôte. Dommage pour lui. Il n’y a pas d’excuse pour justifier des déviances comportementales …

  2. Ne détournez pas l’attentions des gens en voulant faire croire à une affaire politique.
    C’est dommage que vous ne n’y voyez la chose que dans un sens aussi réduit.
    « Et use de sa force physique pour tenter de lui administrer une correction à l’africaine.Pardon, à la bantou ». Les bantous ne sont pas aussi sauvages que vous le prétendez!!

  3. Droit des femmes,
    violence honteuse qui parfois s’exerce sur les femmes…, diverses forme d’esclavage, qui ne constituent pas une démonstration de force masculine, mais une lâche dégradation.
    La violence physique, verbale, et sexuelle qui s’exerce sur les femmes….contredit la nature même des relations humaines d’amour qui devraient prévaloir.
    Malheureusement l’histoire porte des marques des excès ou la femme est considérée comme de seconde classe.
    C’est vraiment dommage que vous puissiez considérer ce lâche évènement comme une simple affaire politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils