Election présidentielle : le Congo appelle ses partenaires au respect de sa souveraineté

Election présidentielle : le Congo appelle ses partenaires au respect de sa souveraineté

Le président congolais, Dénis sassou Nguesso, a au cours de la cérémonie d'échanges des vœux de Nouvel An mercredi avec les chefs de missions diplomatiques accrédités au Congo

Le président congolais, Dénis sassou Nguesso, a au cours de la cérémonie d’échanges des vœux de Nouvel An mercredi avec les chefs de missions diplomatiques accrédités au Congo

Le président congolais, Dénis sassou Nguesso, a au cours de la cérémonie d’échanges des vœux de Nouvel An mercredi avec les chefs de missions diplomatiques accrédités au Congo, appelé tous les partenaires du pays à respecter la souveraineté de son peuple.

« J’invite tous nos partenaires bilatéraux et multilatéraux à accompagner sur des bases saines, le Congo et son peuple vers la tenue du prochain scrutin présidentiel que nous voulons libre et transparent », a déclaré le président sassou à cette occasion.

« L’expression de la souveraineté du peuple congolais, doit être respecté et soutenu par tous les amis du Congo, nous vous demandons à vous, les vrais amis du Congo, de seconder fortement cette expression d’indépendance et de liberté, à travers le renforcement d’une coopération dynamique et mutuellement avantageuse, fondée sur la stricte observation des conventions internationales qui régissent l’exercice de vos devoirs », a-t-il réitéré.

Depuis l’annonce du premier tour de ce scrutin, certains états-majors politiques sont à pieds d’œuvres pour participer à cette échéance capitale à venir, tandis que d’autres ne semblent pas s’en préoccuper.

C’est le cas des partis de la majorité présidentielle, proches du président sortant, qui multiplient depuis quelques jours les rencontres en vue de mettre en place une stratégie pour faire gagner leur candidat qui sera désigné sous peu. Réunis en début de semaine dans la capitale congolaise, ces partis ont statué entre autres sur les quotas de leurs représentants respectifs au sein des commissions locales d’organisations des élections dans les départements et villes du Congo.

De leurs côtés, les deux plateformes politiques de l’opposition radicale, le Front pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (FROCAD) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), réaffirment depuis l’annonce de la date de la présidentielle, leur disponibilité à prendre part à la prochaine élection présidentielle, à condition que « soient remplis consensuellement les critères universels de préparation, d’organisation et de tenue du scrutin, ainsi que de proclamation des résultats ».

Il s’agit en l’occurrence de la mise en place d’une commission électorale « véritablement » indépendante, l’identification électronique des électeurs, l’utilisation des cartes d’électeur biométriques et du bulletin unique et la réalisation d’un fichier électoral fiable expertisé avec le concours des organisations internationales.

Pour sa part, le collectif des partis de l’opposition, une autre plateforme politique, a annoncé mardi au cours d’une conférence de presse, son refus de participer à la présidentielle de mars prochain, la décrivant comme un « artifice » pour permettre au président actuel sortant de briguer un nouveau mandat.

(Avec Xinhua)


Tags assigned to this article:
Congoélection présidentielleSassou

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils