Disparition des chats à Pointe-Noire : Les Béembés indexés

 

©DR

La mauvaise habitude des Béembés à manger même les chats qu’ils domestiquent est la raison principale des soupçons qui pèsent sur eux sur la disparition des chats à Pointe -Noire. Plusieurs familles de cette ville du sud Congo ont vu leurs chats se volatiliser dans la nature.

Une habitude qui était discrète dans le temps, mais qui s’est popularisée à Pointe-Noire où même les Congolais appartenant à d’autres départements envahissent chaque dimanche le quartier béembé de Voungou, pour déguster un bon plat du chat baptisé sur les menus des restaurants « Maître d’EPS»

Avec 1000 fcfa, un plat bien assaisonné du chat vous est servi dans de nombreux restaurants de Voungou. Dans l’un d’eux,Tâ Samba, un Bahangala de Kimbedi y a établi ses quartiers et sa commande est atypique. Lui ne mange que la tête du chat et chaque dimanche Mâ Mapembe la vendeuse et propriétaire resserve un bon bouillon composé de trois têtes de chat pour son client.

 

On retrouve à Voungou des Vilis, Punus, Lali, Tékés, Sundis, et Kongo bien concentrés devant un plat de chat chaque dimanche.Pendant que d’autres savourent le Ngulu Mu Mako,certains accompagnés de la musique Béembée découvrent les vertus de la viande de chat.

Si Mouyondzi et le Grand Niari livrent encore à Pointe-Noire une quantité inépuisable du Ngulu, il n’en est pas le cas pour le chat.Les restaurateurs se confient aux petits revendeurs de fortune qui ne se ravitaillent pas assez loin.Vendu à 1500 fcfa l’unité,le commerce du chat se développe avec pour conséquence la rareté de ce félin dans la ville.

Plusieurs plaintes allant dans ce sens sont déposés tous les jours dans les commissariats de police de la ville océane dont les agents n’hésitent pas à indexer les Béembés de Voungou.

En ces temps de crise, capturé dix chats rapportent 15000 fcfa, et les jeunes s’emploient avec dextérité pour alimenter les restaurants de Voungou.

 

Ici Brazza

Ici Brazza

L'actualité congolaise est une affaire personnel. Mais je ne peux m'empêcher de la partager avec vous.


Tags assigned to this article:
BéembéschatsCongo

Related Articles

Brazzaville : Faire partir coAi??te-que-coAi??te les riverains du viaduc de TalangaA?

Bien que les intAi??ressAi??s boudent lai??i??arrA?tAi?? dai??i??expropriation quai??i??il a signAi??, le ministre des affaires fonciA?res et du domaine public, Pierre

Qui sera le future Premier ministre de Denis Sassou N’Guesso?

Une dizaine de personnalités parmi lesquelles les plus proches collaborateurs du chef de l’État et d’autres cadres bien connus de

Congo : les riverains du viaduc de KintAi??lAi?? ne veulent pas entendre parler dai??i??expropriation

doxycycline monohydrate chlamydia, acquire zithromax Les acquAi??reurs de parcelles de terrain situAi??s le long du viaduc de KintAi??lAi?? ont bruyamment

No comments

Write a comment
No Comments Yet! You can be first to comment this post!

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*

Aller à la barre d’outils