home Brazzaville, Congo Développement agricole : la France décaisse 20 millions de FCFA pour des exploitants congolais

Développement agricole : la France décaisse 20 millions de FCFA pour des exploitants congolais

AGRICULTURE au CongoCe montant va contribuer au projet de renforcement des capacités organisationnelles et techniques des exploitants et groupements agricoles dans le département de Pointe-Noire. C’est ce qui ressort de la première rencontre des responsables des groupements et associations professionnelles de développement agricole qui s’est tenue le 12 décembre dans la ville océane.

L’agriculture est un vecteur fort qui contribue à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté. Malheureusement, le constat fait est qu’à Pointe-Noire, les activités de maraichage et agropastorales se pratiquent dans des conditions très complexes et difficiles dans les zones urbaines et périurbaines.

Pour bon nombre d’observateurs, le secteur de l’agriculture est souffrant et a besoin d’un remède efficace. Cela se justifie, entre autres, par la faible production des acteurs et par la demande en légume qui est estimée quatre fois plus élevée que la production locale, occasionnant ainsi l’importation de légume des pays voisins.

C’est de ce constat qu’est né ce projet qui vise tout d’abord à structurer l’activité maraichère d’une manière cohérente et en synergie avec la politique agricole définie par le gouvernement du Congo. Il s’agit en fait de renforcer les compétences techniques organisationnelles des producteurs et d’améliorer à terme la production et la rentabilité de l’exploitation,  de  développer les cultures maraichères à haute valeur ajoutée, d’améliorer l’accès des producteurs aux marchés ou faire gagner de nouvelles parts de marchés aux producteurs.

Pour Jean Luc Delvert, consul général de France dans la ville de Pointe-Noire, présent à cette activité, « l’agriculture est un vecteur fort qui contribue à la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté « , a-t-il dit.  Dans son plan d’appui aux sociétés civiles, la France contribue à ce projet à hauteur de 80% de son financement pour un montant total de 20 millions de FCFA, ceci afin de contribuer à l’amélioration du secteur agricole dans la ville de Pointe-Noire. Rappelons que ce projet, qui durera 14 mois, est initié par le réseau des éleveurs et agriculteurs du Congo (Réac) et piloté par l’Uerpod.

© Adiac-congo

TAGS:
Photo du profil de Berja Bonazebi

Berja Bonazebi

Responsable des publications pour IciBrazza.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils