Connect with us

Hi, what are you looking for?

Ici Brazza
[GARD align=« center"]

Économie

DÉVALUATION : Le Franc CFA, ce que l’on redoutait est désormais sur la table de Macron

DÉVALUATION PROGRAMMÉE du Franc CFA

Le Trésor français vient de communiquer au Président Emmanuel Macron un rapport sur la situation du franc CFA en relation avec le compte des opérations d’où il résulte qu’il faut conforter la division géographique de la zone CFA Afrique centrale et Afrique de l’ouest. Le président Macron a successivement reçu les présidents Alassane Ouattara et Macky Sall pour des entretiens à ce sujet. On se rappelle que la Directrice du FMI Madame Christine Lagarde était déjà venue au Cameroun en compagnie du ministre français de l’économie et des finances Michel Sapin pour entretenir les chefs d’états de la CEMAC sur une éventuelle dévaluation du franc CFA XAF. Il est désormais manifeste que cette dévaluation du franc CFA ne concerne pas le franc CFA XOF de l’UEMOA.

Les conclusions des économistes du Trésor français sont précises que l’Afrique de l’ouest a mieux géré ses réserves monétaires dans le compte des opérations françaises que l’Afrique centrale. La première dévaluation du franc CFA était le fait de l’Afrique centrale et c’est pourquoi l’Afrique de l’Ouest ne veut plus le lien monétaire entre elles. Et notamment Monsieur le président Ouattara a bien géré ses devises en bon économiste, en important moins et en consommant plus les produits locaux. Car plus on importe plus on épuise ses réserves dans le compte des opérations. C’est le lieu de rappeler que la Cote d’Ivoire dispose de 40% des devises de toute l’UMOA et d’une balance commerciale excédentaire. Il est clair que l’Afrique de l’ouest cible avec bonheur ses importations alors que l’Afrique centrale importe tout en chine jusqu’à l’ail qui est pourtant produit localement. La conséquence est que les importations sont garanties par le compte des opérations en France, lequel compte est précisément destiné au paiement de nos dettes et de nos importations en devise.

Il s’avère donc qu’en important tout, les pays de l’Afrique centrale ont épuisé rapidement leurs réserves dans le compte des opérations. A contrario, les pays de l’UMOA, pilotés par la Cote d’ivoire et le Sénégal ont encore des réserves dans leurs comptes des opérations.

Face à cette situation, le président français Emmanuel MACRON a proposé aux présidents de Cote d’Ivoire et du Sénégal d’aider la zone CEMAC en leur faisant des avances de devises. Ce à quoi ces deux ont opposé une fin de non-recevoir au motif, dit le président Ouattara, que « chacun assume ses propres turpitudes » et qu’on ne demande pas aux uns (qui ont bien géré leurs devises) de venir au secours des autres (qui ont mal géré). Comme chacun sait la fourmi n’est pas prêteuse.

Le trésor français face à cette situation a proposé au président Macron d’envisager la dévaluation du franc CFA XAF (de la CEMAC) au taux de 1 Euro = 1300 francs CFA XAF soit de 50% la valeur actuelle et de réévaluer le franc CFA XOF au taux de 1 Euro = 500 francs CFA XOF (de l’UMOA).

Il est clair que cette situation déplorable est le résultat d’une gestion catastrophique de certains pays de la CEMAC qui impacte sur tous les autres. Les importations massives au préjudice des produits locaux dont la promotion n’a pas été assurée est, à n’en point douter, à l’origine de la dévaluation projetée.

C’est pourquoi le Parti politique Les Patriotes (ancien PADDEC) demande instamment aux chefs d’Etats de la CEMAC de réduire les importations et les cantonner au strict nécessaire vital.
Le parti politique Les Patriotes demande à la France, terre des droits de l’homme, de liberté et de justice, de faire une lecture attentive des accords de coopération monétaire qui lient la France aux pays de la CEMAC et notamment en ses articles 7 et 9 qui disposent que la France garantit la convertibilité illimitée du franc CFA. Ainsi la France en exécution de son obligation contractuelle doit injecter les devises dans les économies exsangues de l’Afrique centrale pour éviter la dévaluation projetée qui sera préjudiciable aux peuples africains.

Par ailleurs, la France doit prendre toutes les dispositions pour que le Franc CFA redevienne une devise internationale, comme avant la dévaluation de 1994 intervenue en toute violation des accords de coopérations monétaires sus visés.

16 Comments

16 Comments

  1. Jacques etong

    15 juin 2017 at 13 01 33 06336

    C’est du n’importe quoi comme ils ne gagne plus ils parlent de d’évaluation ces Français sont les garants du fcfa et ils doivent assumer les conséquences

  2. OUEDRAOGO Théophile

    15 juin 2017 at 15 03 46 06466

    Diviser pour mieux nous harnaquer!!!
    Tous ensemble non,non et non au franc CFA

  3. Zou

    16 juin 2017 at 8 08 18 06186

    Ha ça facile a dire, admettons que les pays de la zone CEMAC décident de retirer leurs avoirs du compte des opérations et de sortir du F CFA , la France va t’elle rembourser l’argent qu’elle détient frauduleusement dans son trésor ?
    Chefs d’États de la CEMAC le peuple est dernière vous sortez de la servitude en quittant le franc des colonies que nous ne sommes plus.

  4. Adamou iya

    16 juin 2017 at 9 09 44 06446

    Mois j’ai toujours pensée à ça : quand je voi comment le Sénégal et côté d’Ivoire se dev alors que ici en Afrique centrale nous somme dernier. C’est la mauvais gestion tout ce qui les préoccupent c’est comment détruire les opposent jusque dans l’œuf et se maintenir au pouvoir . j’ai pensée que : est ce que la France n’a pas renégocier sur compte des opérations en coulisse avec certains pays qui se battent pour nous manipuler tous

  5. Dimé

    16 juin 2017 at 13 01 16 06166

    J’avoue que j’ai du mal à comprendre ce problème de dévaluation ! Toujours est’ il que l’Afrique doit avoir sa propre monnaie et ne dépendre ni de la France, ni de quelconque pays. L’Afrique a eu son indépendance ! Il faut arrêter LAFRANCEAFRIQUE. J’ai l’impression que l’Afrique reste encore un continent colonisé qui ne dit pas son nom. Enfin que les chefs d’Etat Africains ne viennent pas en France en catimini ! comme si on les cache ils viennent en visite la presse n’en parle ! Les chefs d’Etat Africains ne sont pas de sous hommes. Ils dirigent des Etats souverains ! Alors ils méritent d’être reçus en Homme d’Etat pas dans des coulisses.

  6. Nikivo BONOU

    16 juin 2017 at 16 04 11 06116

    ce serait le bon moment de tout retire et de nous assumer monetairement !! la fin annoncée du FCFA !!

  7. Dr. Mandiangju Donat

    16 juin 2017 at 19 07 53 06536

    Il est temps de se prendre en charge même s’il faut serrer la ceinture pour la libert2

  8. JNK

    18 juin 2017 at 12 12 01 06016

    Que chacun ait sa propre monnaie et basta la polémique idiote que les uns profitent des autres .
    Ça ne va jamais s’arrêter la suspicion que la France, le FMI ou la Banque Mondiale est la cause de la gabegie d’argent de certains pays sous régime CFA.

    Les mauvais élèves et gestionnaires ne pourront s’en prendre qu’à eux mêmes apres .

  9. SOUDOUEM

    18 juin 2017 at 14 02 05 06056

    Il est grand temps de faire un bloc pour dire NON ET NON a une second une devaluation. Aussi n’est il pas l’occasion pour nous de quitter le FCFA pour une monnaie unique? Je pense que OUI ET OUI.

  10. Afrique

    18 juin 2017 at 23 11 36 06366

    Je crois qu’il est temps pour la france de se demerder car assez pour les 400.000.000.000 € que l’Afrique francophone donne a la france chaque annee
    Si non ca va tourner tres mal un jour ici
    Non au fcfa on n’en veut plus.

  11. yvon Eyi

    20 juin 2017 at 10 10 37 06376

    Les pays de la Cemac subissent là les avatars du contre choc des prix du baril pétrolier.
    En effet,majoritairement rentier(a part le cameroun),le Gabon,la Guinee Equatoriale,le Tchad,le cameeoun puisent plus de 65% de leurs budgets sur la rente petroliere.Des pays comme le Gabon, la Guinée Équatoriale,le Congo ou le Tchad vont jusqu’a 75 voire 80% ,a part le cameroun qui a su tirer son epingle du jeu en diversifiant son economie dans les domaines aussi variés que l’agriculture,le bois etc.au point d’être le grenier de l’Afrique centrale avec un taux de developpement éqiivalent à celui de la côte d’ivoire.
    Le Gabon a aussi fait un petit bon en intégrant de nouvelles formes d’industries hors pétrole à savoir l’huile de palme,le bois et la transformation du manganèse sur place.Donc, même au niveau de la Cemac,la maîtrise du portefeuille est disparate d’un pays à un aitre comme à l’umoa. Dès lors que les cours su pétrole vont grimper, la situation redeviendra stable.

  12. Alex

    20 juin 2017 at 12 12 50 06506

    Est-ce-que l’Afrique n’est il pas capable de fabriquer sa propre monais? Putain, ce quoi c’est bordel? la france un village que personne ne connait imprime une monais dont dépend 100milions des personnes, quel ironie? j’aurais aimé que l’Afrique centrale profite de la situation pour créer sa propre monais qui n’est porte plus le nom de FRANC CFA

  13. Aziz

    10 juillet 2017 at 1 01 10 07107

    –ça fait plus de 60ans qu on et libre ,je comprend pas pouquoi on arrive pas a nous debriuller sur propre sort reveillons travaillons craiyons notre propre monais pouquoi no dirigent croie qu’il son toujours des esclave des lechere de botte o blan prenons notre destint en main

  14. Tchib

    16 juillet 2017 at 0 12 32 07327

    L’indépendance ne se donne pas ,elle se gagne .
    Les ennemis de l’Afrique se sont les dirigeants valets qui nous sont imposés.
    Une fois qu’on a dit cela a t on avancé , non.
    Les africains doivent mettre en pratique la symbolique du balais (REF : vidéo d’une frangine Ivoirienne)
    Pour détruire La zone Franc esclavagiste ,il faut une sortie commune car le grand Sékou Touré (Trahi par les valets
    de la France on connaît la suite) bref si le peuple africain ne se soulève pas les traitres placés par la France, ne
    feront rien. La France a tout à perdre et donc elle s’arrangera comme dab de faire éliminer un leader africain isolé
    C’est la peur de mourir qui empêche les traitres d’utiliser L’article qui prévoit la sortie de la zone franc.

  15. Chantal

    12 août 2017 at 0 12 41 08418

    J’espère que l’Afrique aura sa monnaie bientôt et que le premier billet imprimé portera fièrement le visage de Sankara.
    N’a t’il pas été tué à cause de cela.

  16. Lacosa

    10 septembre 2017 at 11 11 41 09419

    c’est encore une double peine pour l’Afrique… pour nous congolais un morceau de manioc acheté 500 f CFA sera doublé à 1000 f CFA… pensent-ils au pauvre et à la jeunesse avant de mettre en péril l’avenir des africains ? Unissons-nous pour éviter ce qui pourrai être une vrai catastrophe pour nous….

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A LIRE SUR ICI BRAZZA

Pointe Noire

Cet incident s’est produit dans la soirée du samedi 11 avril, sur le tarmac de l’aéroport international de Pointe-Noire. Cet Airbus A330 d’Air France...

International

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé dimanche son retrait de la vie politique après avoir reconnu sa défaite dès le premier tour de...

Congo

  Le général de division Guy Blanchard Okoî, chef d’état-major général des forces armées congolaises (FAC) a instruit et ordonné tout le commandement de...

Pointe Noire

Un Chinois a été surpris sur une route du centre-ville de Pointe-Noire le matin du mercredi 18 mars 2020, par le mauvais comportement de...

Copyright © 2020 ICI BRAZZA. Edité par Kair Group.

Aller à la barre d’outils